Ouyahia et Sellal : le procès du siècle se tient aujourd’hui à Alger

2
Procès d'Ouyhia et Sellal aujourd'hui au tribunal de Sidi Mhamed, Alger
Procès d'Ouyhia et Sellal aujourd'hui au tribunal de Sidi Mhamed, Alger

ALGERIE (TAMURT) – C’est aujourd’hui que s’ouvre le procès où sont impliqués les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, au tribunal de Sidi Mhamed d’Alger. Il s’agit de la première grande affaire de corruption dans laquelle sont impliqués ces deux anciens hommes très puissants du pouvoir algérien.

Il s’agit incontestablement du procès du siècle en Algérie où, pour la première fois dans l’histoire, des responsables de ce niveau seront jugé. Aucun haut responsable du même rang n’a jamais été touché ni de près ni de loin. Jamais dans l’histoire de l’Algérie, des hommes d’une telle stature ayant profité pleinement et illégalement de leurs pouvoirs, pour s’enrichir, n’ont été présentés devant la justice. Aujourd’hui donc, c’est un événement inédit et surprenant à bien des égards qui se tiendra en plein cœur d’Alger. C’est un événement qui fera de l’ombre à tous les autres car tous les yeux des Algériens mais aussi des observateurs étrangers seront braqués, dès ce matin, vers la salle d’audience où se tiendra le procès qui se déroulera, en plus, en présence de la presse mais aussi des citoyens qui auront la chance de pouvoir accéder à l’intérieur de la salle si, bien sûr, le cordon de sécurité leur donnait cette liberté. Mais compte tenue de l’exiguïté des salles d’audience qui ne peuvent contenir plus de cent personnes, il est fort à parier qu’en dehors des accusés, des avocats, de la presse et éventuellement des membres des familles des accusés, personne ne pourra accéder au tribunal de Sidi Mhamed aujourd’hui. En plus d’Ahmed Ouyahia, quatre anciens ministres ainsi que trois hommes d’affaires très puissants du temps d’Abdelaziz Bouteflika, tous incarcérés actuellement à la prison d’El Harrach, seront au box des accusés. Cette affaire, où des milliards de dinars ont été détournés du Trésor public algérien grâce à la complicité de toutes les parties concernées, a trait aux usines de montages de voitures, lancées ces dernières années dans le pays et ce, dans des conditions extrêmement floues et dont on connaitra aujourd’hui une partie de la zone d’ombre. Même si plusieurs observateurs, en Algérie, évoque un règlement de comptes contre le clan de Bouteflika en parlant de ces affaires en justice, aucun être humain censé et normalement constitué, ne peut ne pas trouver positif le fait que des hommes qui ont détourné des milliards de dinars algériens (des sommes d’argent astronomiques) soient jugés. Ceci ne signifie nullement qu’Ouyahia, Sellal et consorts sont les seuls dans ce genre de sales affaires.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici