Djamel Laceb lauréat du Prix Assia Djebar du roman en tamazight

9
Djamel Laceb
Djamel Laceb

ALGERIE (TAMURT) – Le lauréat du grand Prix Assia Djebar du meilleur roman en langue tamazight pour l’année 2019 n’est autre que l’écrivain et chroniqueur Djamel Laceb, très connu dans le monde culturel kabyle. Djamel Laceb a été primé pour son premier roman en langue tamazight édité en octobre dernier.

Le roman est intitulé « Nna ghni ». C’est le premier texte de Djamel Laceb en langue tamazight qui avait auparavant écrit plusieurs autres textes en langue française dont le dernier est un livre intitulé : « Escapades en terre amazighe ». Mais Djamel Laceb intervient aussi dans le monde du cinéma amazigh et dans toutes des activités ayant trait à la langue et culture amazighes ainsi que sur ce qui est lié d’une manière ou d’une autre au milieu kabyle, à ses traditions… Djamel Laceb est ainsi primé du même prix qui a déjà eu à récompenser d’autres écrivains ayant écrit un ou plusieurs romans en langue tamazight à l’instar de Rachid Boukherroub, Lynda Koudache, Mustapha Zarouri et Mehenni Khalifi. Les cinq lauréats de ce prix, le plus prestigieux dans le domaine, sont originaires des trois wilayas de Kabylie à savoir Bgayet, Tizi Ouzou et Bouira.

Il faut rappeler qu’une vingtaine de romans en langue amazighe ont été déposés, cette année, au niveau du commissariat de ce prix afin de concourir pour l’obtention du Prix Assia Djebar pour le meilleur roman. Et c’est Djamel Laceb et son roman « Nna Ghni » qui a séduit les membres du jury qui ont choisi cet auteur, connu aussi pour ses interventions régulières et enrichissantes dans les médias surtout dans les chaines de radios kabyles. Djamel Laceb est originaire de la région de Ouacif en Haute-Kabylie où il a enseigné dans un collège pendant des décennies.

Parfait trilingue, il a fini par opter pour sa langue maternelle, Tamazight, pour entamer sa carrière de romancier. Avant ce premier roman en tamazight, Djamel Laceb a traduit de la langue française vers la langue tamzight le roman de Mouloud Mammeri intitulé « Le sommeil du juste ».

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici