Issad Rebrab condamné à 18 mois de prison dont 6 fermes

Issad Rebrab
Issad Rebrab

ALGERIE (TAMURT) – Le verdict dans l’affaire de l’homme d’affaires kabyle Issad Rebrab, jugée hier mardi 31 décembre, est tombé à 1 heure du matin. Rebrab a été condamné à 18 mois de prison dont six mois fermes.

Pour rappel, le patron du groupe agroalimentaire Cevital a comparu devant le tribunal de Sidi Mhamed d’Alger, hier matin, et le procès a duré toute la journée et la moitié de la nuit. Le procureur de la République avait requis auparavant la peine d’une année de prison ferme assortie d’une lourde amende contre Issad Rebrab. Ce dernier, incarcéré à la prison d’El Harrach depuis avril 2019 a comparu dans le cadre de l’affaire dite EveCon.

Issad Rebrab est poursuivi pour les chefs d’accusation « d’infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux vers l’étranger, de faux et usage de faux et de fausse déclaration douanière ». Lors de son procès hier, Issad Rebrab a nié en bloc tous les faits qui lui sont reprochés et a indiqué qu’il a toujours activé dans la légalité et la transparence. Issad Rebrab a en outre affirmé qu’il a été victime du pouvoir de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika qui lui a bloqué, selon lui, ses projets, alors que, a-t-il ajouté, il a lancé des projets qui ont donné un grand coup de pouce à l’économie algérienne. Il a affirmé en outre, qu’il était innocent des griefs retenus contre lui.

Si c’est la seule affaire dans laquelle est impliqué Issad Rebrab, ce dernier devrait quitter la prison d’El Harrach aujourd’hui puisqu’il y a passé plus des six mois stipulés par le verdict rendu public à 1 heures du matin de ce premier janvier 2020.

Tarik Haddouche