Des Algériens refusent de célébrer Yennayer

11
Yennayer Kabylie
Yennayer Kabylie

ALGERIE (TAMURT) – Officiellement le premier jour de l’an berbère, Yennayer, qui coïncide avec le 12 janvier du calendrier grégorien, est une journée férié en Algérie. La décision a été prise l’année passée par Bouteflika, mais beaucoup d’Algériens refusent de célébrer cette date qui n’est ni arabe ni musulmane.

Cette année encore, marquée par des tensions alimentées par des racistes algériens, la campagne anti-Yennayer s’est accentuée. Une partie des Algériens exigent même l’annulation de la célébration de cette date, sous le motif qu’elle ne figure pas dans la culture islamique. Certains sont allés jusqu’à remettre en cause même l’exigence de Yennayer et pour eux, c’était juste une invention récente par l’académie berbère, durant les années 1970.

Le reste des Algériens qui sont indulgents avec le premier jour de l’an berbère, n’accorde aucun intérêt à cette date. Pour eux, s’est, une journée chômée et payée. Une journée de repos sans plus. Yennayer n’est fêté convenablement qu’en Kabylie, dans les Aurès et certaines autres régions berbérophones.

Ceux qui ne veulent pas le célébrer ont raison. Les Algériens sont libres de rejeter cette fête, mais ils n’ont pas le droit aussi d’imposer leurs fêtes ou leur religion aux Kabyles. Ils n’ont pas le droit aussi de s’opposer à indépendance de la Kabylie.

Nadir S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici