Tebboune sort ses griffes contre les Kabyles

12
Un groupe de militants kabyles Tizi Wezzu amenzu n Yennayer 2970
Un groupe de militants kabyles Tizi Wezzu amenzu n Yennayer 2970

KABYLIE (TAMURT) – Les manifestations traditionnelles en Kabylie, à l’occasion de Yennayer, premier jour du calendrier berbère, qui devaient se tenir dans une ambiance de fête, ont été violement réprimées par la police coloniale algérienne.

A Tizi Wezzu comme à Vgayet, les services de sécurité ont tout simplement empêché les manifestations. Plus de 300 manifestants ont été arrêtés et embarqués dans des commissariats. Les policiers se sont acharnés sur les étudiantes et des étudiants indépendantistes qui n’ont fait qu’exprimer leur droit à l’indépendance de la Kabylie. Les manifestants arrêtés ont été agressés et insultés. Certains ont même subi des sévices. « Les policiers nous ont entassés dans des camions cellulaires avant de nous tabasser. Certains agents ciblaient les parties génitales. », nous raconte Radouane, étudiant à Vgayet.

« Fils de harkis, zouaves, sales juifs,… », sont autant d’insultes proférées par des policiers envers les manifestants arrêtés. Si une partie des manifestants ont été libérés, d’autres de l’URK et du MAK ne le sont pas encore et on ignore où ils se trouvent. Les manifestants libérés ont affirmé que leurs portables ont été confisqués et contrôlés par des informaticiens certainement spécialisés. « C’est la police scientifique qui était chargée de vérifier nos portables et qui les ont analysés loin de nous », témoigne un manifestant libéré à Tizi Wezzu.

Visiblement, Tebboune a accentué son acharnement contre les indépendantistes Kabyles. Sa politique répressive envers des Kabyles qui veulent marcher chez eux est un avertissement envers l’URK et le MAK. La situation est préoccupante en Kabylie. Les acteurs du mouvement du Hirak n’ont soufflé aucun mot sur la répression des services de sécurité en Kabylie. Ni Bouchachi ni Zoubida Assoul ni les députés du FFS n’ont déploré les graves dérapages des services de sécurité contre les Kabyles. La presse algérienne aussi à complètement ignoré les marches, les arrestations et les graves dépassements des services de sécurité. Un mépris envers les Kabyles qui luttent pacifiquement pour recouvrer leur indépendance.

Nadir S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici