Tebboune veut inclure les partis kabyles dans son faux dialogue

11
Abdelmadjid Tebboune
Abdelmadjid Tebboune

ALGERIE (TAMURT) – A défaut d’une élection démocratique, le chef de l’Etat algérien, en quête d’un minimum de crédibilité car désigné par une caste de généraux, fait appel à un dialogue avec la classe politique.

En 1999, Abdelaziz Bouteflika avait inventé la concorde civile pour crédibiliser son élection. Le RCD avait couru pour faire admettre Bouteflika voire estimé en Kabylie. En 2020, Tebboune appelle à un dialogue et il veut à tout prix impliquer au moins une petite partie de la Kabylie. Ainsi, le FFS, d’Ali Laskri est le premier à proposer ses services à Tebboune, tandis que le RCD semble tergiverser. Son président, très contesté par la base militante, et même par Said Sadi, a conditionné sa participation au dialogue et à la « transparence ». Le premier responsable du RCD a pris le soin de critiquer sévèrement Tebboune pour éviter la foudre de ses militants.

Ainsi, le chef d’Etat algérien, Tebboune, qui a obtenu zéro vote en Kabylie, comme en 1999 d’ailleurs pour Bouteflika, compte sur le FFS et le RCD pour se racheter en Kabylie. Accepter de dialoguer avec le président algérien, Tebboune, que la Kabylie avait rejeté est une trahison envers le peuple kabyle. Ce qui est frappant aussi, c’est le refus obstiné du FFS et du RCD de retirer leurs députés du parlement sans avancer la moindre raison.

Ces deux partis kabyles, tire leur crédibilité de leurs bases militantes. Ces derniers n’ignorent pas que leurs responsables sont en connivence avec le pouvoir et les décideurs. Si le FFS et le RCD participent dans les jours à venir à ce dialogue, les Kabyles qui militent pour eux prendront certainement la décision qui s’imposera d’elle-même.

Nadir S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici