Tizi Ouzou : les noms arabisés des localités n’ont pas été kabylisés

17
Panneaux de signalisation en arabe sur le territoire kabyle
Panneaux de signalisation en arabe sur le territoire kabyle

KABYLIE (TAMURT) – Aucune démarche n’a été entreprise, par le pouvoir algérien, afin de réparer une injustice commise envers les noms des villes et villages de la wilaya de Tizi Ouzou qui étaient berbères et qui ont été arabisés, abusivement et injustement, par le pouvoir arabo-islamique algérien au lendemain de l’indépendance. Pourtant, théoriquement, Tamazight est une langue officielle depuis 2016. Mais…

Il se trouve que quatre années après cette pseudo-reconnaissance officielle de la langue amazighe dans la Constitution algérienne remaniée en 2016, les choses sont restées inchangées. On retrouve toujours, dans les documents officiels et sur les panneaux de signalisation, les dénominations arabisées d’une partie des localités de la wilaya de Tizi Ouzou qui sont pourtant, à l’origine, kabyles. C’est le cas notamment de nombreux chefs-lieux communaux. On peut citer : Béni Douala, Béni Aissi, Djebel Aissa Mimoun, Béni Ziki, Béni Yanni… Dans tous ces cas, le « Ait » d’origine qui reflète la berbérité authentique de la toponymie locale, est remplacé par le « béni » aux allures arabophones. Ce viol contre la Kabylie et ses régions est resté non réparé quatre années après la constitutionnalisation de tamazight comme langue officielle.

On retrouve aussi « Ouadhia » au lieu de Iwadhiyen ou encore Ain El Hammam au lieu d’Asqif n Tmana. Et la liste est encore longue. Cette falsification délibérée et planifiée de l’histoire n’est pas la seule injustice commise contre l’amazighité et la Kabylie et qui reste de vigueur en dépit d’une soi-disant reconnaissance politique de la dimension amazighe. Les plaidoiries et les procès dans les tribunaux se déroulent toujours exclusivement en langue arabe. On déplorera, toutefois, la rareté des initiatives au niveau local pour réhabiliter les noms kabyles des localités. Pourtant, les assemblées populaires communales peuvent faire beaucoup de choses sur le terrain afin de rendre à César…

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici