Les policiers sont interdits de s’exprimer en langue kabyle

4
Taqbaylit
Taqbaylit

TIZI OUZOU (TAMURT) – Des ordres ont été donnés aux policiers, dans certains commissariats de la ville de Tizi Ouzou, de ne plus s’exprimer en langue kabyle. « Trois policiers gradés ont été convoqués, la semaine passés, par le commissaire. Ils ont été sommés de ne plus s’exprimer en langue kabyle durant le service.

Les trois policiers sont des agents gradés », nous confie un policier kabyle, ce matin, du commissariat central de la ville de Tizi Ouzou. Notre interlocuteur n’a pas donné d’autres détails, mais il semble que les services de sécurités sont interdits de parler en kabyle. « À vrai dire le kabyle est officieusement interdit dans toutes les structures sécuritaires, mais en Kabylie, plus particulièrement à Tizi Ouzou , beaucoup de policiers défient cette interdiction.

Ces derniers mois, et depuis la prise du pouvoir par le clan de Gaid Salah, un adepte de Boumediene, cette interdiction est de nouveau mise à jour et appliquée. Les actes de racisme envers les Kabyles, émanant des institutions officiels du régime d’Alger, se multiplient. Le premier journal kabyle, « Tighremt », n’a survécu que quatre jours. La situation est dramatique et des milliers de Kabyles continuent à chanter Qassamen, en arabe, en Kabylie, chaque vendredi.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici