Bgayet, les indépendantistes kabyles face à la police algerienne

2

BGAYET (TAMURT) – La police politique accentue la pression sur les activistes indépendantistes kabyles. Une jeune militante du MAK, a été de nouveau convoqué hier, le 7 mars 2020, au commissariat central de la ville de Bgayet.

Une dizaine d’autres jeunes militants l’ont accompagnée pour la soutenir. Pour ma deuxième fois, les agents de la police politique ont interrogé plus de deux heures durant la jeune fille. « Ils m’ont posé pratiquement les mêmes questions que la dernière fois. Pourquoi vous êtes avec le MAK ? Qui sont les responsables de ce mouvement ? Avec qui êtes-vous en contact ? », a expliqué la jeune militante qui a affirmé à l’occasion sa détermination à continuer son combat pour la libération de la Kabylie.

Les services de sécurité lui reprochent de porter atteinte à l’unité nationale, la jeune militante a su comment leur répondre et avec des arguments en béton pour défendre son engagement pour la libération de la Kabylie.

Elle est resté imperturbable. Comme des milliers de jeunes militants indépendantistes kabyles, elle dit qu’elle est plus que déterminée à continuer le combat. Le nombre de militants du MAK et de l’URK qui souffrent de harcèlement judiciaire, d’intimidations, d’agressions physiques et même de privations de leurs passeports, se comptent par centaines. Personne ne parle d’eux comme s’ils n’existent pas.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici