Les enseignants ont marché à Tizi Ouzou

4
Marche des enseignants
Marche des enseignants

KABYLIE (TAMURT) – Après avoir été réprimés de manière brutale, lundi dernier lors d’une marche nationale qu’ils avaient organisée dans la capitale Alger, les enseignants exerçant dans le cycle primaire de toutes les wilayas d’Algérie ont réussi à manifester librement dans la ville de Tizi Ouzou, hier lundi 9 mars 2020.

Les enseignants du cycle primaire qui ne cessent d’observer des grèves cycliques depuis le mois d’octobre passé ont réussi enfin à organiser une marche en choisissant Tizi Ouzou, une ville où il est plus facile de manifester que dans la capitale. Hier donc la ville de Tizi Ouzou a accueilli des milliers d’enseignantes et d’enseignants venus de plusieurs wilayas algériennes pour exprimer leur ras-le-bol après des mois de protestation n’ayant abouti à la satisfaction d’aucune de leurs revendications. Les enseignantes et les enseignants ont parcouru pacifiquement les artères principales de la ville de Tizi Ouzou comme les boulevard Lamali-Ahmed et Abane-Ramdane. Les enseignants ont brandi plusieurs banderoles où sont exprimées leurs principales revendications dont l’exigence d’un véritable statut digne de ce nom à tous les enseignants qui exercent dans le cycle primaire.

Les concernés revendiquent aussi la limitation de leur mission dans les établissements scolaires à tout ce qui a trait à la pédagogie. Ils veulent ainsi être dispensés de la « garde » des élèves durant les heures creuses en exigeant, comme alternative, le recrutement d’adjoints de l’éducation comme cela est le cas dans les collèges et les lycées. L’allègement des programmes constitue aussi l’une des revendications principales des enseignants des écoles primaires qui ont manifesté dans la ville de Tizi Ouzou hier. Parallèlement à cette marche, une grève générale a paralysé hier une grande partie des écoles primaires.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici