Algérie : le théâtre amazigh exclu du festival national

18
théâtre amazigh
théâtre amazigh

KABYLIE (TAMURT) – Après l’interdiction du journal « Tighremt », premier quotidien en langue tamazight et après l’interdiction aussi de brandir le drapeau amazigh lors des manifestations du vendredi et du mardi, entre autres, le théâtre amazigh est déclaré indésirable dans le pays de Massinissa et Jugurtha.

En effet, le festival national du théâtre professionnel qui se tient dans la capitale ne programme pas de pièces théâtrales en langue tamazight. C’est le romancier, éditeur et militant de longue date du Mouvement Culturel Berbère (MCB) Brahim Tazaghart qui vient de déplorer et de dénoncer cette réalité amère. Brahim Tazaghart s’interroge : « Pourquoi les organisateurs du Festival du Théâtre Professionnel d’Alger programment tous les lauréats des différents festivals qui se déroulent à l’échelle national pour participer à la compétition, à l’exception du Festival du Théâtre Amazigh de Batna ? ». Brahim Tazaghart se demande en outre : A quoi est due cette exclusion ? Elle se repose sur quel texte ? Quelle est la motivation de ses artisans.

Le même militant cite l’exemple de la pièce de théâtre en tamazight intitulé « Mama Algeria » qui a eu le grand prix au Festival du Théâtre Amazigh de Batna. Pour Brahim Tazaghart, cette pièce doit participer de plein droit. « La troupe qui a travaillé d’arrache-pied pour arracher cette consécration n’a pas à quémander une programmation hors compétition », conclue le directeur des éditions « Tira ». Il faut rappeler, dans le même sillage, que la majorité des festivals culturels dédiés à la culture et la langue amazighes ont été supprimés du calendrier culturel ces dernières années. Ceux qui ont été maintenus ont vu leur budget amputé d’une grande partie à l’instar du festival du film amazigh de Tizi Ouzou et du festival de la chanson kabyle de Bgayet.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici