Les églises kabyles n’ont pas attendu le régime algérien pour fermer leurs portes

Eglise en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Si la fermeture des mosquées a suscité des polémiques et même des violences verbales, à cause bien sûr du COVID-19 qui menace sérieusement toute l’humanité, vu qu’une partie des musulmans refusent de quitter leurs lieux de culte, côté chrétien, il semble que les pratiquants kabyles soient plus rationnels et plus pragmatiques.

Les églises ont fermé leurs portes bien avant la décision des autorités algériennes de fermer les mosquées et appeler les populations au confinement. À travers toute la Kabylie, une centaine d’églises ont fermé leurs portes de manière spontanée sans susciter le moindre débat. Les fidèles chrétiens ont agi avec beaucoup de civisme et dans un calme total. Même si une bonne partie des musulmans pratiquants en Kabylie ont aussi agi avec civisme, eux aussi, les fanatiques ont essayé quand même de défier la réalité. On parle même de mosquées clandestines à la ville de Tizi Ouzou. Il parait que certains locaux commerciaux, de la nouvelle ville de Tizi Ouzou, sont transformés en mosquées clandestines, sans se soucier des risque sanitaires encourus.

La communauté chrétienne demeure la mieux organisée en Kabylie et reste loin des polémiques, du fanatisme et de l’exhibitionnisme. En dépit des pressions subies par les autorités, allant jusqu’à la fermeture des églises sans aucune raison si ce n’est la haine, les chrétiens en Kabylie sont un exemple à suivre en matière de civisme et de tolérance religieuse.

Nadir S.