Les Kabyles ne se reconnaissent que dans l’autorité des comités de villages

Face à la pandémie, les Kabyles se prennent en charge
Face à la pandémie, les Kabyles se prennent en charge

KABYLIE (TAMURT) – Les comités de villages se sont illustrés comme seule autorité souveraine et crédible en Kabylie, suite à cette crise sanitaire qui menace sérieusement la population. Les autorités algériennes, par contre, ont brillé par leur absence. Si la première autorité est ancestrale et choisie par les villageois, la seconde est rejetée et s’est imposée en Kabylie que par les armes.

D’ailleurs, depuis le début de la crise sanitaire qui a touché plusieurs localités de la Kabylie, les villageois, avec leur moyen rudimentaire ont réussi à s’imposer. Il suffit d’un simple communiqué ou déclaration d’un comité de village pour que tous les villageois appliquent les consignes et suivent les décisions de leur comité de manière phénoménale. Les Kabyles se reconnaissent que de leurs comités de villages sont leurs représentants. Le respect de l’autorité des comités de village est naturel et le rejet des autorités des chefs de daïras, imposé à partir d’Alger, est aussi logique. Comment accepter l’autorité d’un wali, un chef de daira, d’un chef de brigade de la gendarmerie ou d’un commissaire de police, alors qu’ils ne sont ni choisis par la population, ni de la région et ni crédibles ? Quant aux élus locaux, ils ne sont là que pour la forme puisqu’ils n’ont aucune prérogative.

Le peuple kabyle a toujours gardé ses structures ancestrales. Un système de gestion décentralisée et confédérale. Il suffit juste de rétablir les 12 confédérations qui géraient la Kabylie avant 1870, pour retrouver un système de gestion qui est une démocratie directe unique au monde, avant même les Suisse et les autres pays scandinaves qui se targuent aujourd’hui comme meilleure démocratie au monde. Même en exile les Kabyles s’organisent comme comités de village en France, au Canada, etc.

Et si les comités de villages kabyles maintiennent leur autorité après la fin de cette crise sanitaire ? Les villageois, toutes tendances politiques confondues, sont tous derrière ses comités.

Nadir S.