Coronavirus : Bgayet et Tizi Ouzou parmi les plus touchées

Taddart n At Abbas contre le coronavirus
Taddart n At Abbas contre le coronavirus

KABYLIE (TAMURT) – La vigilance et la discipline sont plus que jamais de mise en Kabylie où le nombre de personnes contaminées au coronavirus et celui des décès font partie des bilans les plus élevés. Le nombre de citoyennes et de citoyens touchés a augmenté en flèche ces derniers jours aussi bien à Bgayet qu’à Tizi Ouzou.

Les bilans par wilayas font classer Bgayet et Tizi Ouzou parmi les six wilayas les plus affectées par ce virus mortel. Ainsi, la wilaya de Bgayet se classe à la quatrième place à peine derrière Blida, Alger et Oran alors que Tizi Ouzou vient en sixième position. A Bgayet, le dernier bilan fait état de 52 cas confirmés alors qu’à Tizi Ouzou, on en dénombre 41. C’est à Bgayet que la rapidité avec laquelle le chiffre est monté est très surprenante. Alors que pendant des semaines, seulement un seul cas confirmé était enregistré dans la wilaya, subitement, les choses ont commencé à empirer malgré les mesures prises dans le sens de freiner la progression du virus.

Des médecins exerçant dans la wilaya de Bgayet et qui se sont constitués en comité de lutte contre le Covid-19 ont tiré, ces dernières quarante-huit heures, la sonnette d’alarme et ont donné l’alerte concernant la gravité de la situation qui prévaut à Bgayet, ajoutée au manque de moyens notamment au CHU du chef-lieu. Ils ont en outre lancé des appels pressants à tous les citoyens afin de respecter la mesure de confinement seule capable d’arrêter le pire et d’empêcher une propagation catastrophique du coronavirus.
Les médecins en question se sont étonnés comment des personnes continuent encore à déambuler dehors sans raisons valables ou vitales tout en sachant combien ce manque de discipline pourrait être lourd de conséquence comme on l’a vu dans les pays les plus développés au monde. Quand on connait le peu de moyens matériels et l’insuffisance de places dans les hôpitaux, il est évident que dans la mesure où le Rubicond serait franchi, rien ne pourrait arrêter le pire. Ce que personne ne souhaite d’ailleurs. C’est la raison pour laquelle, toutes les parties concernés insistent sur le maintien et l’augmentation de la vigilance dès maintenant avant qu’il ne soit trop tard.

Un seul mot d’ordre ne cesse d’être ressassé aussi bien à Bgayet, à Tizi Ouzou qu’à Bouira : « Restez chez vous ». Tout le monde doit entendre et appliquer ce conseil salvateur. Il ne s’agit pas ici d’alarmer le lecteur mais de le secouer conformément aux recommandations des professionnels de la santé.

Tarik Haddouche