Kabylie : Des médecins auto-confinés

Cabinet médical fermé
Cabinet médical fermé

KABYLIE (TAMURT) – Des médecins du secteur privé ont carrément fermé leurs cabinets, pour s’auto-confiner. Dans le monde entier, tous les médecins sont mobilisés pour venir en aide à leur population. Chez nous, ils préfèrent sauver leurs peaux.

Rares sont les médecins qui sont restés à l’écoute de la population en détresse. Une population carrément lâchée par les autorités et ces médecins peu scrupuleux. La liste des noms des médecins qui ont déserté le terrain doit être affichée pour boycotter leurs cabinets une fois la crise sanitaire est passée. En Suisse, c’est tout le corps de la santé qui est mobilisé, médecins, généralistes, infirmiers, pharmaciens, et même les vétérinaires et biologistes prêtent main-forte aux hôpitaux et volontairement. Chez nous, certains médecins ont, toute honte bue, fermé leurs cabinets et profitent du beau temps avec leurs épouses et enfants.

Ils ne sont pas inquiets du manque à gagner puisqu’ils durant des décennies ils ont détroussé les pauvres citoyens. Heureusement que les comités de villages et des milliers de citoyens se distinguent par leur solidarité. « Nous avons plus que jamais besoin de ces médecins. Certes, on n’est pas l’Italie ou l’Espagne, mais vu le manque flagrant de moyens matériels, les médecins privés doivent s’impliquer car on s’attend à une propagation dangereuse de ce virus en Kabylie dans les jours à venir », nous déclara un infirmier au CHU de Tizi Ouzou qui regrette que beaucoup de ces médecins aient déserté le terrain. « Si les Kabyles avaient un Etat, il aurait déjà réquisitionné toutes les personnes qui activent dans le secteur de la santé, privé ou public », préconise le jeune infirmier.

Nadir S.