Kabylie, en temps de crise les islamistes se cachent

34
Les islamistes en Kabylie
Les islamistes en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Les islamistes se targuent d’être les champions de la solidarité, mais lorsque le moment de vérité arrive ils disparaissent de la circulation, comme s’ils n’avaient jamais existé.

Depuis le début de la crise sanitaire, qui sévit dans certaines localités de la Kabylie, les islamistes n’ont pas donné signe de vie. Ils ont peur du virus alors que la solidarité est plus que jamais sollicitée. Comme les autorités algériennes, les islamistes attendent la fin de la crise pour sortir de leur cachette et occuper le terrain. Pour le moment, alors que le virus sévit et fait craindre le pire, se sont les membres des comités de villages et de quartiers qui risquent leurs vies pour venir en aide à une population en détresse. Ce sont les comités de villages qui assurent la gestion du confinements dans tous les villages de la Kabylie et se sont eux qui s’occupent des familles nécessiteuses. Les comités de villages, avec l’argent des villageois, prennent en charge des régions entière avec art et la manière. Le tout dans une ambiance de fraternité et de solidarité.

Ce virus mortel a consolidé l’union en Kabylie et a étalé au grand jour l’hypocrisie des islamistes. « Nous avions un décès au village, aucun islamiste n’est sorti de son trou, eux qui sont les premiers à accompagner les morts et à mener leur dance exhibitionniste. D’ailleurs, puisque la défunte était une musulmane pratiquante, et en absence de ces « Chouyoukh », on a trouvé l’idée d’accompagner la défunte dans sa dernière demeure avec des versets coraniques à l’aide d’un téléphone portable. Merci aux mécréants d’avoir inventé ce téléphone « , nous a déclaré un villageois de Michelet.

Les islamistes ne savent que construire des mosquées et endoctriner les villageois en détresse, sans jamais venir en aide aux nécessiteux. Certains comités de village ont d’ailleurs transformé les mosquées en dépôt pour emmagasiner les denrées alimentaires, en ces moments de crise sanitaire.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici