Les comités de villages et les élus rejettent l’autorisation de sortie des chefs de daïras

5
Comité de village ,en Kabylie
Comité de village ,en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Le ministère de l’Intérieur de l’autorité coloniale algérienne n’a pas réussi à imposer sa loi qui oblige les comités de villages et les élus locaux à son autorisation pour tous déplacement. L’échec est cuisant pour les autorités algériennes qui perdent du terrain en Kabylie, depuis le début de la crise sanitaire.

Les sous-préfets, comprendre les chefs de daîras, devaient signer l’autorisation de sortie de chaque élu et chaque membres d’association ou comité de village, depuis le premier avril dernier. Cette décision était prise dans un seul but qui est de mettre de côté les comités de villages qui contrôlent la situation en Kabylie. Toute-fois, les émus locaux Kabyles tout comme les comités de villages ont complètement ignoré les directives des sous préfectures et continuent d’agir et d’activer comme si ces chefs de daîras n’existaient pas.

 » Je n’ai même pas entendu parler de cette décision et personne ne va la respecter. Les autorités algériennes n’ont rien fait pour la Kabylie et personne n’a voté pour eux pour qu’ils décident de quoi que ce soit en Kabylie, surtout en cette période de crise sanitaire. Les maires et les élus locaux sont la seule autorité crédible puisqu’une petite partie de la population a voté pour eux », nous déclara un membre d’un comité de village de la localité de Larbaa Nath Irathen, ou les comités de villages prennent complètement le contrôle de la situation.

En effet, en haute Kabylie, à Larbaa Narth Irateh, Micehlet, Ath Yenni, Ath Douala, Iwadhiyen, etc. , les comités de villages prennent les choses en main et ont imposé leur autorité qui est largement respectée par les villageois.

Nadir S.

5 COMMENTAIRES

  1. #twentytwo : La Kabylie est en effet divisé en 3 départements (ouilayas) Tizi, Bgayet et Tuvirets « algériens » aujourd’hui tout comme l’algérie était divisée en 3 départements « français » avant 62… Force revient toujours à la volonté des peuples épris de Liberté.

    La loi qui fait de la langue des Kabyles une sous langue et la langue arabe la langue de l’Etat n’est pas la bienvenue en Kabylie. Libre à vous de vivre, si vous êtes kabyle, soumis à cette loi ; il y a en effet des esclaves volontaires.

  2. Les médecins algériens ont une très grande volonté pour se mettre aux ‘avant pour secourir leurs concitoyens et frères algériens de cette catastrophe du covid-19 .  » » »’ Mais à quoi serviront des équipes de Pompiers qui roulent a vive allure avec une dizaines de camions doter des sirènes et gyrophares sur les toits auquel il n’y’a aucune goutte d’eau dans leurs citernes pour faire face aux incendies qui dévastent tout une population . Un médecin c’est , comme un musicien il doit absolument disposé
    d’instruments sinon mieux vaut qu’il s’en aille s’asseoir sur un vieux Banc au Parc Lemon .
    L’Épine-Soigneuse…

  3. Dans cette chaine kabyle solidaire il y a un maillon faible par lequel le pouvoir colonial arabo algérien finira bien par briser cette chaine ; il s’agit justement de ces élus que les citoyens croient associer à leurs comités de villages. La raison d’être de ces dits élus est de toujours être en adéquation avec la loi du pouvoir colonial arabo algérien qui consiste dans leur cas à se placer sous l’autorité du chef de daira et du ouali comme ils l’ont toujours accepté et avec lequel ils se sont accommodés. Si ces « élus » donnent l’impression momentanément qu’ils s’opposent à la loi du chef de daira c’est par opportunisme : en effet, aujourd’hui les comités de village ont le vent en poupe et ces « élus » suivent les « forts » du moment. Mais demain, une fois que le pouvoir fourbe, qui en a plus d’un tour dans son sac, aura retourné la situation en sa faveur, ces « élus » se rentreront dans le rang et se mettront au garde à vous devant le plus petit ds petits chefs de dairas.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici