Les comités de villages et les élus rejettent l’autorisation de sortie des chefs de daïras

5
Comité de village ,en Kabylie
Comité de village ,en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Le ministère de l’Intérieur de l’autorité coloniale algérienne n’a pas réussi à imposer sa loi qui oblige les comités de villages et les élus locaux à son autorisation pour tous déplacement. L’échec est cuisant pour les autorités algériennes qui perdent du terrain en Kabylie, depuis le début de la crise sanitaire.

Les sous-préfets, comprendre les chefs de daîras, devaient signer l’autorisation de sortie de chaque élu et chaque membres d’association ou comité de village, depuis le premier avril dernier. Cette décision était prise dans un seul but qui est de mettre de côté les comités de villages qui contrôlent la situation en Kabylie. Toute-fois, les émus locaux Kabyles tout comme les comités de villages ont complètement ignoré les directives des sous préfectures et continuent d’agir et d’activer comme si ces chefs de daîras n’existaient pas.

 » Je n’ai même pas entendu parler de cette décision et personne ne va la respecter. Les autorités algériennes n’ont rien fait pour la Kabylie et personne n’a voté pour eux pour qu’ils décident de quoi que ce soit en Kabylie, surtout en cette période de crise sanitaire. Les maires et les élus locaux sont la seule autorité crédible puisqu’une petite partie de la population a voté pour eux », nous déclara un membre d’un comité de village de la localité de Larbaa Nath Irathen, ou les comités de villages prennent complètement le contrôle de la situation.

En effet, en haute Kabylie, à Larbaa Narth Irateh, Micehlet, Ath Yenni, Ath Douala, Iwadhiyen, etc. , les comités de villages prennent les choses en main et ont imposé leur autorité qui est largement respectée par les villageois.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici