Réponse au journaliste Y. Benzatat qui méprise les Kabyles

14
Y. Benzatat
Y. Benzatat

ALGERIE (TAMURT) – En ces jours de commémoration du 20 avril (Printemps de 1980 de 2001, les Kabyles et les amazighs en général attendaient des « frères» arabophones algériens un soutien et un partage dans ces moments de recueillement à la mémoire des martyres tombés aussi pour les libertés et les droits de tous les Algérien. Mais ils découvrent complètement l’inverse.

Dans de longues diatribes, sur sa page Facebook et sur Mediapart (Algérie), les articles de Ben Zatat débordent de haine, de mensonges, de mépris et de contre-vérités. Dans l’un d’entre eux, il commence par un gros mensonge « Dans leur entêtement à vouloir imprimer une identité exclusivement amazighe aux Algériens, les berbéristes excluent des populations entières d’un héritage commun qui est cette Algérie d’aujourd’hui, … Ils doivent se rendre à l’évidence que l’Algérie a cessé d’être exclusivement amazighe depuis que les premiers comptoirs phéniciens se sont établis sur nos côtes ». Faut-il lui rappeler que les berbéristes n’ont jamais voulu imposer une identité exclusivement amazigh, mais ils se sont défendu contre le projet exclusivement arabo-islamiste appliqué par le pouvoir depuis 1962. Cette lutte pour la reconnaissance d’un minimum de droit culturel a été obtenue au prix de nombreuses vies, d’emprisonnements, de tortures et mutilés à vie. Il a oublié que le FFS, le RCD, le MAK (version autonomiste) ont défendu le projet d’une Algérie plurielle avec les systèmes de fédérations, de régionalisation ou d’autonomie des régions, ce qui a permis à différents peuples de vivre ensemble dans la paix et la prospérité comme en Suisse, Hollande, Allemagne, Canada, etc. Apparemment, ce journaliste a oublié ces propositions, ou bien ils les rejettent, car elles permettraient aux amazighs d’exister officiellement.

Le comble, pour inverser la situation, il essaie de faire passer les Arabes pour victimes opprimés par les Amazighs alors que c’est les Amazigh qui sont assassinés emprisonnés, mutilés depuis 1962, il écrit : « Les berbéristes doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls sur le sol algérien. »

Puis il rajoute plus loin « Le danger que laisse présager la revendication berbériste, à ne reconnaître à l’identité algérienne que celle amazighe, risque à terme de mener vers les travers des idéologies d’extrême droite, qui prônent le droit au sang au détriment du droit au sol, pour exclure de la qualité de citoyens à part entière ceux qui ne répondent pas à cette injonction » La culture et la langue amazigh qui ne sont pas encore admises au même titre que la culture et la langue arabe lui font peur. Il les discrédite avant même leur reconnaissance.
C’est devant le refus catégorique du pouvoir et des tenants de l’idéologie arabo islamiste d’accepter le multiculturalisme en Algérie que la Kabylie a changé profondément son paysage politique. Les mouvements indépendantistes occupent désormais le terrain et dépassent les partis traditionnels algérianistes, agréés par le pouvoir arabe algérien qui est considéré maintenant comme colonial et impérialistes sur le territoire kabyle.
Le MAK mouvement pour l’autonomie de la Kabylie a évolué depuis 2015 vers le MAK version indépendantiste (autodétermination), on note aussi la création de l’URK, Union pour la République Kabyle, mouvement né (indépendantiste) et le RPK rassemblement pour la Kabylie (autonomiste).
Sa consœur, la directrice du journal el Fedjr, a elle aussi attaqué la fondation Zidane, la société Soumam et Cevital en les traitant de racistes et de séparatistes pour avoir aidé en matériel médical les hôpitaux kabyles dans la lutte contre le covid-19, au lieu d’inciter les milliardaires arabes algérien plus nombreux qu’en Kabylie à faire de même pour les hôpitaux de leurs villes.

L’idéologie arabo-islamiste développée par le pouvoir impose aux arabophones algériens comme Ben Zatat la haine et le rejet des autres langues et cultures même au prix de l’éclatement de l’Algérie. On déduit très bien que leur priorité n’est pas de construire et de développer l’Algérie, mais plutôt d’arabiser les Berbères et de combattre tous ceux qui refusent de se soumettre à leur idéologie.

Yuva Dahdah, Secrétariat de l’URK

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici