Covid-19, les gendarmes font appel à leurs indicateurs en Kabylie

7
La gendarmerie algérienne en Kabylie
La gendarmerie algérienne en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Les autorités algériennes craignent sérieusement de perdre le contrôle de la Kabylie, après que les comités de villages et de quartiers se sont imposés de manière magistrale, depuis le début de la crise sanitaire.

Pour couper l’herbe sous les pieds des comités de villages, les gendarmes algériens ont fait appel à leurs relais et indicateurs. Les taupes ont infiltré les comités de villages et les cellules dites de crise, afin d’informer les gendarmes de tous les détails. Les indicateurs informent les autorités coloniales surtout sur le financement. Des portraits détaillés sont établis sur tous les activistes, leur niveau scolaire, opinions politiques, vie intime, religion, etc. Les indicateurs sont surtout chargés de donner les moindres détails à la gendarmerie sur le financement des actions de charités. Ce qui fait encore peur aux décideurs algériens, c’est surtout les aides financières qui émanent de la diaspora kabyles. Des milliers d’euros sont envoyés aux comités de villages, ces derniers jours, pour venir en aide aux Comités. Des sommes qui dépassent largement les budgets squelettiques que le pouvoir algérien offre aux mairies kabyles et à leurs indicateurs.

Les informations récoltées par les services de sécurités sur les activités des comités de villages leur permettront d’élaborer les plans et les manœuvres pour écarter les comités de villages kabyles et leur ôter l’autorité, très respectée par les villageois.

Notons que les indicateurs de polices et de gendarmeries touchent un salaire de 6000 dinars par moins. Certains sont des bénévoles. Curieusement, les indicateurs de la gendarmerie algérienne se retrouvent exactement dans le même rôle que celui des harkis de la guerre menée par la Kabylie contre la France coloniale.

Nadir S.

7 COMMENTAIRES

  1. Généralement, dans tous les villages de Kabylie, celui qui travaille pour le pouvoir et contre sa communauté est vite démasqué, il ne peut durer dans le secret éternel. Le problème n’est donc pas dans leur identification, il est plutôt dans le « remède ». Malheureusement, certains villages sont comme tétanisés par la peur, la peur de tout, y compris de leur ombre, sinon ils auraient immédiatement mis fin au travail de sape de ces vendus.

    Le jour où les Kabyles passeront à l’étape où ils se feront respecter en empêchant tout nuisible de nuire, là et seulement ce jour-là on pourra dire enfin que l’indépendance de la Kabylie est placée sur les rails. Sinon, tant que des vendus traversent Tajmait tête haute en bombant le torse au vu et au su de tout un chacun, et que tout le village est au courant de leurs liens avec le pouvoir et tout ce monde confond volontiers pacifisme et passifisme, on ne peut que constater la déchéance dans laquelle se débat la Kabylie.

  2. « Curieusement, les indicateurs de la gendarmerie algérienne se retrouvent exactement dans le même rôle que celui des harkis de la guerre menée par la Kabylie contre la France coloniale »
    Oui, mais les harkis, à l’époque, ne vivaient pas longtemps.

  3. Ces KDS doivennt comprendre que ni OUYAHIA, ni même Reb el Zaiyer n’ont été épargné par la politique de Zéro Kabyle, demain ça sera leurs têtes aui seront coupés par le fléau Arabiste qui a une feuille de route de détruire tout ce qui est AMAZIGHE.

    Cernez ces mercenaires, ils seront dans les Zaouiyas, les mosquées et surtout dans l’administration du pouvoir assassin.

    Il faudra les anéantir pour donner l’exemple.

  4. On ne doit s’en rendre à tous les Kabyles par le fait qu’il existe des vendus et des kds qui travaillent pour le pouvoir. Les collabos ont existé dans toutes les sociétés mais ils n’ont pas empêché leur peuple de s’en sortir.

    Ce que personne n’ose sur c’est comment traiter ces laquais ? Il est certes plus facile de pester contre les Kabyles en général plutôt que d’appeler les choses par leur nom : remettre sur le droit chemin ces col!abos, les empêcher de nuire plus longtemps. Être Pacifique ne veut pas dire être passif !

  5. Le régime arabo-islamiste tyrannique et imposteur n’aura aucune difficulté à trouver des collaborateurs KDS parmi les kabyles, c’est ce principe qu’ils appliquent depuis qu’ils ont confisqué le pouvoir en 1962. Si les kabyles étaient réellement unis et solidaires, jamais les autorités arabisantes n’auraient pu les soumettre, les spolier, tout en les opprimant continuellement avec leur poison islamique. La désunion des kabyles n’a fait qu’aggraver leur situation et leur mal-être, tout en servant les intérêts de leurs oppresseurs islamo-fascistes. Viendra le jour où les kabyles auront enfin le courage et la volonté de rendre aux arabes ce qui n’appartient qu’aux arabes, à savoir leur religion et leur langue.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici