Coronavirus : encore un décès à Tizi Ouzou

0
CHU de Tizi Ouzou
CHU de Tizi Ouzou

TIZI OUZOU (TAMURT) – La situation n’est guère reluisante dans la wilaya de Tizi Ouzou et les choses risquent de l’être encore moins les jours à venir à la faveur du relâchement sans précédent constaté dans les rues de la ville de Tizi Ouzou et des autres grandes villes de la wilaya. Les médecins ont tiré la sonnette d’alarme hier.

Les chiffres alarmants continuent de pleuvoir quotidiennement et ils ne reflètent guère les chiffres officiels rendus publics quotidiennement par le ministère de la Santé. Hier, des sources concordantes ont évoqué la présence d’une quarantaine de cas confirmés hospitalisés à l’EPH (Etablissement Public Hospitalier) d’Azeffoun et quarante autres à l’EPH d’Azazga alors que le service des maladies infectieuses du CHU « Nedir-Mohamed » du chef-lieu de wilaya est complet et on n’y trouve plus de place pour prendre en charge les nouveaux malades. Ceci sans parler des établissements sanitaires de Boghni, Draa El Mizan, Tigzirt, Ain El Hammam, Larbaa Nath Irathen, etc.

Hier, la wilaya de Tizi Ouzou a enregistré un nouveau décès ainsi que deux autres cas déclarés positifs. La personne décédée hier après avoir contracté le coronavirus est une femme âgée de 72 ans habitant au village Ihamziène dans la commune d’Illoula Oumalou. Elle était mise en isolement, depuis quelques jours, à l’hôpital « Lounès-Meghnem » d’Azazga. Les deux nouveaux patients ayant contracté le virus corona et dont les résultats positifs sont parvenus hier sont un homme sexagénaire résidant au village Ibsekrien dans la commune d’Aghrib ainsi qu’une femme septuagénaire de At Kesila dans la wilaya limitrophe de Bgayet. Cette dernière a été hospitalisée à l’hôpital d’Azeffoun plus proche de son lieu de résidence.

Au total, la wilaya de Tizi Ouzou a enregistré 21 décès depuis le début de la pandémie. En outre, 21 personnes prélevées sont en attente des résultats des analyses. Des chiffres qui sont en deçà de la réalité, de l’avis de la majorité des observateurs.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici