Refuser de reconnaître les indépendantistes kabyles est une grave erreur

20
Kabylie libre et indépendante
Kabylie libre et indépendante

KABYLIE (TAMURT) – Tôt au tard, les décideurs d’Alger, peut-être ceux qui sont au pouvoir en ce moment, seront dans l’obligation de s’asseoir sur la table de négociation avec les Kabyles.

Qu’ils soient d’accord pour l’indépendance de la Kabylie ou contre, c’est aux Kabyles de décider et ces dérniers finiront par imposer leur volonté. Il s’agit d’un droit international qu’aucune puissance coloniale n’a pu piétiner éternellement. Le pouvoir d’Alger fait semblant d’ignorer l’existence du MAK et de l’URK, mais à vrai dire les plus hauts décideurs, généraux et présidents, garde un œil inquiétant sur la question au vu des rapports des services de sécurité qui émanent de la Kabylie sur la montée en puissance de la mouvance libératrice. Le rejet des Kabyles et la non-reconnaissance des mouvements indépendantistes sont une grave erreur. Alger sera perdant par son entêtement à maintenir la Kabylie sous son autorité. Offenser les militants et les museler ne régleront jamais ce problème entre la Kabylie et l’Algérie.

Les Kabyles n’exigent que leur droit. Alger doit accepter un référendum d’autodétermination en Kabylie. C’est aux Kabyles de décider de leur sort et les urnes trancheront sur cette question de manière la plus démocratique du monde. C’est ainsi qu’agissent les pays civilisés, comme la Grande-Bretagne sur l’indépendance de l’Écosse.

Refuser ce droit peut provoquer des dégâts irréversibles pour les deux côtés. Pourquoi empirer un problème puisqu’une solution pacifique et dans le cadre légal existe ? Laisser le champ et le débat entre les mains des racistes comme Sifaoui et Naïma Salhi ne pourra pas être une solution.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici