Kamel Daoud règle ses comptes

0
Kamel Daoud
Kamel Daoud

CONTRIBUTION (TAMURT) – Kamel Daoud voue un mépris sans limite au combat amazigh. Il incarne l’antithèse de la pensée d’IDIR à qui il vient de rendre hommage. En tant que militant kabyle, je suis inquiet. Il nous charge, un bâton à la main.

Sur les pages du journal algérien liberté, Daoud Kamel, trahi par sa pensée, saisi l’occasion pour ainsi régler ses comptes avec les militants de l’identité amazigh. D’une subtilité déconcertante et conspirationniste, il s’est arrangé, en substitution à l’hommage prétendument rendu, de glisser, pas son point de vue, mais son mépris au combat de toute une vie d’Idir.

En expert manipulateur de la phraséologie, comme pour chasser ses démons, il fait porter à Idir un dessein complètement aux antipodes de son vécu.
Dans une société inégalitaire, ce parti-pris, que beaucoup qualifient de point de vue, décliné en hommage, pue la malhonnêteté intellectuelle à plusieurs égards.
1- il parle de guerre là ou un intellectuel sincère aurait parlé de répression. Un magicien de mots qui ne pointe pas les maux, commet un affront à l’universalisme et à l’humanisme d’Idir.

2- le comble de l’ironie, il condamne ceux qu’il nomme  » Famille identitaire », les accuse d’avoir défini l’amazighité par l’exclusivité, comme si cette famille disposait de pôles d’influences, de lobby ou même d’arme nucléaire pour imposer son dictat sur des populations délestées de leurs identités. Idir toute sa vie durant, n’a jamais cessé de revendiquer son identité. Il fut mainte fois traité de raciste pour le simple fait de dire qu’il était amazigh ou kabyle, comme nous tous d’ailleurs. Pour faire bon chic bon genre, Daoud intime à la famille identitaire de s’écraser. Cependant, il les cloue au pilori et les accuse de vouloir s’imposer aux autres. Il leur dénie le simple droit d’exister.
Boumediene le faisait avec la force de ses sbires, Daoud à la force de sa plume.

3- par l’intrigue et l’intelligence, Daoud surf sur les ignorances. Et cela Idir l’avait à plusieurs occasions dénoncé. Il nous impose, tel un justicier au-dessus de tous, l’inventaire des malheurs subis et des vies perdues. Pour ce faire, il convoque la trilogie polaire à qui il porte l’entière responsabilité de son inventaire et qu’il condamne sans équivoque. Il met dans le même sac et sur le même banc les accusés de cette trilogie.
– En premier, il convoque l’islamisme qui compte à son actif plus de 200 000 morts et tue encore.
– En second, il appelle à la barre la famille des « Martyrs» celle-là même qui a confisqué toute une révolution, s’est taillée une histoire, dispose d’un Etat, d’une armée, de toute les richesses du pays, qui fait et défait les présidents et a même le droit de vie et de mort sur ses sujets.
– En dernier, il charge les militants de l’identité amazigh qu’il désigne par les « ancêtres ».
Ces militants traqués comme des bêtes par les deux premiers, sont molestés et dépossédés de leur culture, de leur identité, de leur terre, ils sont réprimés, emprisonnés parfois tués. Ils n’ont ni constitution ni armée. Ils n’ont tué personne, ne sont responsables d’aucun méfait ni violence.

Et pour mieux enfoncer le suppositoire, il nous suggère de construire l’avenir en sacrifiant le combat d’une génération, celle justement d’Idir.

Tiger Azul

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici