« Liberté » a refusé de publier la réaction de Yalla Seddiki sur Idir

Yella Seddiki
Yella Seddiki

KABYLIE (TAMURT) – La liberté d’expression ne semble être qu’une vaine expression pour la majorité des médias édités en Algérie. Le dernier épisode qui confirme l’absence totale de liberté dans cette presse est le refus catégorique signifié par les responsables du journal « Liberté » de publier un article de l’écrivain Yalla Seddiki en guise de réplique à « l’hommage » rendu par Kamel Daoud au regretté Idir.

Pourtant, l’article de Yalla Seddiki dans lequel il répond à l’écrivain Kamel Daoud n’était pas d’une telle virulence qui aurait, en quelque sorte, pu faire peur aux dirigeants du journal « Liberté » et qui les auraient poussé à refuser de le diffuser. Il s’agir d’une réponse extrêmement sobre. Et on se demande en quoi sa publication aurait pu porter préjudice ou créer des problèmes au journal en question. Bien entendu, il ne faut pas du tout espérer une quelconque explication de la part des responsables de « Liberté » concernant ce énième épisode noir dans la chronique de la presse algérienne dite indépendante. Sur sa page Facebook, Yalla Seddiki a partagé son article en le précédant de ce message : « Mon article, refusé par le quotidien « Liberté ». Réponse à la contribution véhémente de Kamel Daoud parue dans « Liberté » et dirigée contre les Kabyles ».

Il faut rappeler que cette affaire regrettable intervient quelques jours après la publication par le journal « El Watan » d’un article où il fait l’éloge et encense franchement l’actuel chef de l’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune. Un retournement de veste qui a suscité une réaction d’indignation massive. Les responsables du journal « El Watan » sont allés jusqu’à suspendre leur journaliste Mohand Aziri qui a eu l’audace de dénoncer la volte-face de ce quotidien sur sa page Facebook.

Tarik Haddouche