Le docteur Fekhar a été tué par racisme

2

ALGERIE (TAMURT) – Entre 2004 et 2019, le docteur Fekhar était constamment poursuivi en justice de manière permanente. Lui-même ne savait pas dans combien d’affaires la justice coloniale a inventé contre lui. Il a séjourné en prison au moins quatre fois et pour des durées de plusieurs mois.

Kamel Eddine Fekhar était, avant tout, un militant de la cause amazighe. Il était le premier à se lever contre les « dignitaires religieux mozabites », qui roulent pour le régime. Au FFS, il était très estimé par Hocine Aït Ahmed. Il l’avait nommé à la direction nationale. En 2009, alors que Fekhar était en prison, Aït Ahmed avait alerté tous les responsables et ses amis à l’ONU. Un acte qui démontre à quel point l’homme historique kabyle estimait le Mozabite, Dr Fekhar. Les décideurs algériens n’ont pas supporté de voir Fekhar se rehausser sur la scène internationale.

Ainsi, les « dignitaires religieux mozabites », qui roulent pour le DRS, se sont rendus à Alger et ont réussi à manipuler Karim Tabbou, qui était à l’époque le numéro deux du FFS. Tabbou aussi était jaloux de Fekhar à qui Hocine Aït Ahmed s’intéressait. La visite des « dignitaires religieux mozabite », était une occasion, ou plus exactement une excuse, pour Tabbou pour radier à vie du FFS le Dr Fekhar. Aujour’dhui, ce même Tabbou est, malheureusement, lui aussi derrière les barreaux. Kamel Eddine Fekhar n’a jamais renoncé en dépit de sa radiation du FFS. Il a compris que seule l’indépendance du pays des mozabites sauvera sa communauté.

Fekhar avait multipliait les activités politiques. C’est ainsi que le régime d’Alger a opté pour l’élimination physique de ce militant. Fekhar a été assassiné par les services de sécurités le 28 mai 2019. Un assassinat politique aux relents racistes.

Nadir S.

2 COMMENTAIRES

  1. Mettons de l’ordre dans nos pensées. Le FFS est avant tout ambigu dès sa naissance. Je m’explique, son socialisme ne se fonde pas sur notre socialisme liberal ancestrale qui avait une éthique et une articulation administrative et des normes juridiques claires. C’est un front, qui se veut concurrent et pas alternatif au FLN en termes culturels. En 63 tous nos villages s’étaient mobilisés contre le régime, et le FFS aurait eu un sens – même s’il voulait être national et pas que Kabyle- prendre comme modèle le fédéralisme Kabyle. Mais l’élément islamique pesait plus dans sa sensibilité d’où cette autocensure qui a permis au régime de perdurer malgré les crises. Pire, l’islamisme a aussi rendu possible l’arabisation. Cette contradiction a donc ouvert une autoroute au régime et son arabisation de la Kabylie. Notre archétype est donc sans bourgeons possible, suffoqué par les leaders du FFS et du RCD qui ont participé indirectement. On est redevable de ce que nous faisons mais aussi de ce que nous ne faisons pas. Les Mosabites le disent clairement qu’ils veulent transcrire Thamazight en caractères arabes. Souvent les peuples se font d’eux-mêmes esclaves. La chéchia est au sommet de la symbolique Mozabite et qui assume la supériorité éthique d’un autre peuple ne peut pleurnicher après. Les diatribes entre assimilés font partie du parcours contradictoire. De la laïcité Kabyle les mozabites préfèrent l’islamisme et la charia. Abane est mort pour avoir manqué sa « révolution », en omettant le cloisonnement identitaire de la future Algérie il a mis au même niveau les islamistes et laïcs, sauf que les laïcs kabyles n’avaient pas de soutiens au Caire et c’est donc Bou kharouba et benbella qui vainqueur.

  2. Azul. Tous ce qui n’est pas arabe ou musulman doit mourir en âne j’ai rie. Or achada kofr wa nifak c’est cette âne j’ai rie de premier degré. Le résidu de la planète terre. Vive l’indépendance de la Kabylie et mozabite. Tanemirt.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici