Slimane Bouhafs fuit vers la Tunisie mais toujours menacé de mort

1
Slimane Bouhafs
Slimane Bouhafs

TUNIS (TAMURT) – Le chrétien kabyle, Slimane Bouhafs, qui a déjà passé deux ans de prison à cause de sa religion qui n’est pas musulmane, se trouve depuis plusieurs mois en Tunisie. Menacé de mort en Kabylie par des islamistes et les services de sécurité, il était dans l’obligation de tout laisser derrière lui pour se réfugier à l’étranger.

« Je suis en Tunisie, depuis plusieurs mois, sans aucune ressource financière. J’ai obtenu la protection internationale, mais à cause de la crise sanitaire, je suis toujours bloqué à Tunis, en attendant de rejoindre un pays occidental qui m’accueillera et assurera ma sécurité », nous a confié Slimane Bouhafs qui dit être très inquiet, car les menaces sur sa vie fusent de toutes parts. « Je reçois des menaces de mort par messages et appels anonymes. Je suis très inquiet. Même la ligue tunisienne des droits de l’homme refuse de me protéger ni de me défendre. J’ai une carte de réfugié, mais tant que les vols n’ont pas repris avec les pays occidentaux, je suis toujours sous la menace et je veux lancer un appel que si jamais on me tue les autorités tunisiennes sont complices », nous a déclaré Slimane Bouhafs , qui est dans la précarité en Tunisie et vit au jour le jour. « Je suis surveillé et suivi par des inconnus et qui ne sont pas des simples citoyens. Je crains pour ma vie », ajoute Slimane avec un air inquiet et stressé au même temps. Il a laissé derrière lui sa femme et ses enfants pour sauver sa peau. Slimane Bouhafs a heureusement décroché le statut de réfugié délivré par l’ONU, mais sa vie est toujours en danger. Nombreux sont les chrétiens kabyles qui sont dans la même situation que lui.

« En plus des menaces des services de sécurité, je subis aussi de terribles pressions de certains de mes proches », ajoute Slimane qui a été torturé durant les 26 mois qu’il avait passés derrière les barreaux.

Depuis sa libération, il mène un combat sans relâche contre les intégristes islamistes en Kabylie. Il milite avec beaucoup de ses amis pour l’indépendance de la Kabylie. « Je suis privé même de ma pension d’invalidité par les autorités algériennes et ses enfants sont sans ressources », dira Slimane. Il dit aussi qu’il continuera son combat jusqu’à la fin de ses jours.

Nadir S.

1 COMMENTAIRE

  1. Pauvre Bouhafs , accusé d’un seul « crime » : ne pas accepter le formatage araboislamiste . L’Homme libre démocrate et laïc , au nom de la tolérance lui permet aux dictateurs et leurs idées d’exister , ces derniers mine de rien s’installent ainsi peu à peu à nos côtés ,se répandent puis tuent toute forme de liberté; le conformisme et l’obscurantisme mode de vie des uns deviennent règles et contraintes pour ceux qui ont le malheur de ne pas entrer dans le moule . Saint Just en son temps avait compris qu’il ne fallait  » pas (laisser) de liberté aux ennemis de la liberté « 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici