Hamidouche, l’un des premiers chanteur à dénoncer l’islamisme

3
Hamidouche. 1991. Ur lliɣ nek d upaṛti.

Gepostet von Tamurt am Sonntag, 7. Juni 2020

KABYLIE (TAMURT) – 18 ans sont déjà passés depuis le décès de l’un des meilleurs chanteurs Kabyles. Hamidouche a été emporté par la maladie à l’âge de 45 ans. Il était un chanteur hors pair, avec un style musical propre à lui. Sa carrière artistique a été entamée en 1978.

D’emblée, le succès était au rendez-vous. Il a enchaîné une vingtaine de d’album à succès. Hamidouche, enfant prodige de Makouda, non loin de Tizi-Ouzou, était très estimé par le grand chanteur kabyle, Slimane Azem qui était son son ami. Hamidouche a su conjuguer les chansons d’amour avec son combat contre l’injustice. Étant instituteur durant sa jeunesse, il était indigné par le manque de culture des instituteurs Égyptiens, illettrés, amenés par Boumediene pour arabiser les enfants kabyles.

Hamidouche a chanté contre ce système d’arabisation, contre l’injustice et le racisme envers les Kabyles. Il était parmi les premiers chanteurs kabyles à chanter contre les islamistes et dénoncer leur idéologie mortelle. On dit même qu’il était en avance par rapport à son époque. Comme la plupart des Kabyles, Hamidouche avait pris tôt le chemin de l’exil, en France. Il a vécu longtemps à Marseille ou il a rendu son âme. Sa femme et ses enfants y vivent toujours. Ses deux enfants sont aussi chanteurs. Ils chantent parfaitement en kabyle. L’ainé, Karim Kheddim, a commencé déjà à faire parler de lui.

Un hommage a été rendu à l’inoubliable Hamidouche avant-hier par une centaine de personnes qui se sont recueillies sur sa tombe à Makouda. Ses chansons résonnent encore et toujours en Kabylie. Hamidouche est éternel. Son nom est inscrit en lettre d’or dans l’Histoire de la chanson kabyle.

Nadir S.

3 COMMENTAIRES

  1. C’est au Caire que la dictature militaire prendra le pouvoir, les agents de L’ arabe islamisme ont déconstruite la plateforme de la Soummam, qui véhiculait les principes politique et en phase avec le terroir kabyle, celui de la cité qui met le citoyen au centre des décisions. La primauté du civile sur le militaire et de L’ intérieur sur l’ extérieur, sont une synthèse philosophique d’ un peuple qui a intériorisé des procédures politiques et hiérarchisé ses valeurs.
    C’est parce que ce modèle anthropologique, vaincu au Caire, a laissé place à une Algérie fonctionnelle à la oumma comme choix sociétal que nous sommes là à consommer passivement les méfaits collatéraux, que différents chanteurs ont dénoncé. Je ne connais pas ce chanteur, qu’il ait dénoncé l’ arabisation et l’ islamisme je trouve cela juste parce que la dictature table sur l’ autocensure des kabyles pour installer l’ État arabe. Mais! Le choix se situe au niveau civilisationnel. Il est donc impératif de remettre la hiérarchie des valeurs en place. Le régime dictatorial veut perpétuer son règne en utilisant la stratégie d’ inclusion dans sa feuille de route. Une fois pris le pouvoir il tentera d’ utiliser les intérêts individuels pour acheter les hommes. Ensuite l’ ouverture  » euphémisme  » politique oblige, il démultiplie le FLN en plusieurs partis pour occuper le terrain, de même avec la presse. Le résultat est là, un pays déboussolé. L’ erreur grave est d’ accepter les  » valeurs  » du régime criminel comme bases de la future Algérie. Le triptyque maléfique est le piège formidable qui le placera au centre du pouvoir.

  2. Dénonçons et condamnons les deux périls : la Dictature militaire et son enfant l’Islamisme militarisé. Car ‘est bel et bien ce Pouvoir militaire sui (a) prouit l’Islamisme, et manipule les Chefs terroristes et leurs Groupes de tueurs, créés, entraînés et instrumentalisé par les Officiers assassins et manipulateurs du DRS (ex SM)….

    Le Régime militaire est une menace, comme l’Islame constitue une menace bien réelle…. générée et entretenue, utilisée et manipulée par ce même Régime, par sa Police politique occulte, le sinistre DRS….

    Le Régime militaire , par ses ses ‘ chiens de garde ‘ , ses propagandistes affiliés au DRS de présenté comme le sauveur, le ‘ recours ‘ face à la menace islamiste… qu’il génère et entretient@

  3. Dénoncer l’islamisme, c’est légitime et justifié, mais il faut aussi dénoncer le Régime militaro-mafieux qui le génère, le produit, le nourrit, le promeut, le conforte, le manipule à fond, n optant pour la marginalisation des ‘ islamistes politiques et ‘ l’essor ‘ des Groupes islamistes armés, terroristes, instruits, entrainés et utilisés et instrumentalisés par les Officiers tortionnaires de la SM-DRS,

    C’est bel et bien ce Régime dictatorial dominant et dominateur qui (a) fait le lit de l’islamisme avec sa politique criminelle de l’arabisation-islamisation, par l’imposition de son ‘ idéologie dominante ‘ (l’arabo-islamisme), cette idéologie réactionnaire et rétrograde, chauvine et jacobine, de rejet et d’exclusion, par la consécration de la domination du monisme ‘ culturel ‘ au détriment du ‘ pluralisme historique, millénaire ‘ du pays (berbère, judaïsme, christianisme, bahaïsme) qui exclut les berbères, les berbères juifs, les berbères chrétiens, les berbères bahais, etc.

    ‘ L’islamisme ‘ est le ‘ produit achevé ‘ du Régime dictatorial militaro-mafieux, et les auto-proclamés modernistes, progressistes, démoqrates (hum!), etc. etc. ne le disent pas, car ces gens là sont des faux et pseudos, des faux-opposants, des pseudo-démocrates, (mais) de vrais valets et soumis de la sinistre SM-DRS (le Pouvoir réel), cette Police politique secrète qui les a sponsorisés, propulsés et mis au devant de la scène, à la faveur de la fameuse ‘ ouverture contrôlée ‘ de 1988 / 89, conçue et lancée par le Général Belkheir – le premier parrain et ‘ l’éminence grise ‘ de la Junte régnante….

    Il faut dénoncer les ‘ deux ‘, les deux violences politique meurtrières, le terrorisme islamiste et le terrorisme d’Etat, pratiqué par la Police secrète, ses Escadrons de la mort, ses Milices armées / MA (le propagandiste Moumouh B (du DRS) était membre d’une M.A), ses Troupes d’assaut, ses Tueurs ‘ isolés ‘, la SM avait me^me fait appel au grand tueur serbe Jugusla Pétrovic pour entrainer ses/ces miliciens et ses/islamistes… Cf. Le Monde , Le Canrd enchainé, The Guardian, Observer, etc.
    Sans oublier ces attentats, ces massacres, ces assassinats politiques et autres ‘ mises à morts ‘ perpétrés par la SM et mis sur le dos des/de ses islamistes….

    La ‘ révision déchirante ‘ s’impose plus que jamais pour reconnaitre le tort causé au pays par ces faux-opposants et leurs partis-satellites crées par l’aile dure de la Junte militaire. C’était une ‘ anti-opposition ‘, la contre-opposition (contre-feu) , fabriquée par les Généraux ultras pour la route à l’émergence d’une vraie opposition, une opposition directement-frontalement-farouchement engagée contre ce Pouvoir dictatorial militaire et mafieux, qui est l’Origine du mal, le Mal originel, le Démiurge, l’Ennemi principal, l’Ennemi commun…. Et dirre que tant que ce Régime militaro-mafieux préside aux destinée de ce malheureux pays, il n’y aura ni (toutes) les libertés, ni justice, ni paix, ni prospérité, ni pluralisme, ni Tamazight… rien, oulech, niet ! C’est dire que la ‘ question principale, fondamentale, primordiale, générale et globale, c’est la ‘ question du pouvoir ‘ … Lire A. Yefsah, La question du pouvoir… thèse de III° cycle, Université Paris-X Nanterre, 1985.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici