Tizi Ouzou : 5 nouveaux morts et 15 cas confirmés

0
Covid-19, Bgayet
Covid-19, Bgayet

KABYLIE (TAMURT) – C’est de nouveau la psychose dans la wilaya de Tizi Ouzou où le nombre de morts, dans les rangs des nouveaux patients atteints de la maladie de Covid-19, est en hausse ces derniers jours. Rien que durant ces dernières 24 heures, il a été enregistré 5 morts.

Parmi les personnes décédées après avoir contracté le coronavirus dans la wilaya de Tizi Ouzou, il y a un homme âgé de 53 ans, originaire de la localité de Frikat. Ce patient a rendu l’âme au niveau de l’Etablissement Public Hospitalier Krim-Belkacem de la daira de Draa El Mizan où il avait été hospitalisé et mis en isolement.

Le deuxième décès de ces dernières heures est un homme âgé de 80 ans du village Ighil Mahni dans la commune d’Aghrib et qui est décédé au centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou-ville. Les trois autres nouveaux décès ont été enregistrés à Ain El Hammam. Il s’agit de deux femmes et d’un homme. Avec ces nouveaux décès, le nombre global de morts dans la wilaya de Tizi Ouzou depuis le début de la pandémie en mars dernier passe à 29. Concernant le nombre de cas nouveaux de personnes contractant le coronavirus quotidiennement dans la même wilaya, il a connu un nouveau rebond depuis une dizaine de jours. Rien qu’hier, quinze nouveaux cas ont été signalés un peu partout dans les quatre coins de la wilaya.

La situation s’est compliquée exactement après la décision prise par le gouvernement de lever totalement le confinement dans la wilaya de Tizi Ouzou depuis le 7 juin dernier. La majorité des citoyens a interprété cette mesure comme étant une fin de la pandémie. Ce qui a engendré un relâchement total des mesures préventives. De même qu’un retour au train de vie au rythme normal.

On assiste même à la reprise des fêtes de mariage, des cérémonies familiales, des enterrements en présence de centaines de personnes sans oublier les marchés, la postes et les autres endroits où les gens se croisent et se regroupent par centaines. Le pire est à venir, selon de nombreux observateurs locaux.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici