Tamazighte et les débats absurdes des TV algériennes

5
Débat sur la langue amazigh
Débat sur la langue amazigh

ALGERIE (TAMURT) – Victor Hugo disait: Un hypocrite est un patient  dans la double acceptation du mot; il calcule un triomphe et endure un supplice. Cette citation vient relancer le débat actuellement en déballage sur certaines chaines autour de l’amazighité des peuples d’Algérie et son droit le plus absolu de disposer librement de lui-même sans aucune animosité ni autre ingérance de la part des tenants du tout panarabisme.

Des émissions où le recours à l’inective et au mensonge ne laisse aucun doute quant à la mauvaise volonté de biaiser notre histoire, dans le seul but de ne pas décevoir la galerie de sa lèse majesté, fusent de partout.  Imazighens ne peuvent pas tirer un trait sur mon histoire, pour ne pas titiller l’égo de l’envahisseur.

Il est temps pour que chacun de nous comprenne enfin l’importance de l’enracinement qui s’abreuve du fin fond des entrailles du patrimoine ancestral. Nous ne pouvons ni ne voulons tronquer une partie de notre histoire pour la greffer dans une autre qui a tendance à vouloir effacer toute trace de notre civilisation millénaire et dont l’usage de notre langue maternelle en suffit amplement pour perpétuer fondamentalement la véritable notion de la propriété des lieux. Entendre certains esprits despôtes qui s’autorisent encore à jacasser au niveau de certains plateaux TV pour nous faire dire que Tamazight doit subir encore l’affront d’un référendum, relève purement et simplement de l’absurde.

Qu’ils parviennet à se mettre à l’évidence que notre histoire ne date nullement des « foutouhates » mais bien plus longtemps avant la naissance du Christ. Alors, s’il vous plait faites atténuer vos ardeurs, Nous ne sommes ni occidentale ni orientale, mais Amazighs de l’Afrique du Nord, et l’histoire en est témoin pour peu qu’elle ne soit pas travestie.

Rezki Djerroudi

5 COMMENTAIRES

  1. Notre identité n’est pas objet au référendum, n’est aucun aspect de notre culture millénaire; c’est l’arabe et la culture arabe qui doivent subir des référendums divers vu que c’est la culture de l’envahisseur imposée par les armes; et qui tentent encore de l’imposer par les nombreuses intrusions jusqu’à la guerre civile terroriste des années 90. Ouvrez vos yeux et vos cervelles, l’ennemis envahisseur ne tolère aucune diversité, encore moins TAMAZIGHTH : la culture, la civilisation de la tolérance de la liberté et du respect de l’autre.

  2. Ce serait choquant, absurde et incroyable de parler de référendum sur la langue maternelle en plein cœur de la Kabyle. Mais pour les algériens qui ne jouent que par la langue arabe il n’ y a rien de choquant de mettre en débat ou en référendum l’adoption d’une autre langue telle que Tamazight.

    Que les Kabyles boycottent ce genre de référendum c’est tout à fait normal, que les algériens participent à c référendum c’est aussi normal. Ce qui est choquant et humiliant c’est que les Kabyles acceptent l’arabisation comme un fait normal ou envoyer à l’école leurs enfants subir un enseignement en arabe au lieu et place de leur langue maternelle est humiliant.

    • Tu fais ton referendum sur l’arabe avec les Arabes et ton referendum pour tamazight chez les Imazighen (Alger, Aures, Chenoua, Sud Algerien ) . Exclue la Kabylie qui a deja fait son choix pour la langue Kabyle car nous on ne fais pas de referendum sur notre langue millenaire et surtout pas demander aux Koreishites ce qu’il pense de notre langue: ce n’est pas leurt buziness !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici