La Kabylie à la croisée des chemins

8
Kader Dahdah
Kader Dahdah

CONTRIBUTION (TAMURT) – Zitout a été très furieux contre les indépendantistes kabyles, jusqu’à appeler dans un message vidéo à prendre les armes contre eux car ils ne l’on pas laissé manipuler les jeunes kabyles afin de les placer en premières ligne comme chaire à canon contre la junte militaire algérienne.

En appelant à la violence armée contre les Kabyles il s’est rendu compte qu’il a fait une erreur, alors il a vite essayé de rectifier le tir en révélant dans une autre vidéo « l’existence d’un plan préparé par le pouvoir, projetant d’assassiner quelques indépendantistes kabyles et attribuer l’attaque à son organisation le Rachad ». Ce mouvement Rachad est la nouvelle version du FIS dissous qui a retenu les leçons de la décennie noir, ils ont développé le discours des démocrates avec lequel ils ont réussi à séduire un grand nombre de Kabyles naïfs.

Malheureusement certains animateurs kabyles du ḥirak issus du FLN, RND, RCD, FFS, se sont alliés dans ce mouvement à ces islamistes déguisés en démocrates et ont adopté leurs slogans et leurs mots d’ordre ( ex tamaziɣt ce n’est pas le moment). Ils ont manipulé nos jeunes pour les mettre au service d’un clan afin de déstabiliser un autre alors qu’on sait que tous les clans du pouvoir algérien ont la haine de la Kabylie, d’ailleurs les incendies criminels révèlent la politique de la terre brulée qu’ils lui appliquent.

Après vingt mois de Ḥirak les indépendantistes n’ont pas arrêté de mettre en garde et d’éveiller le peuple kabyle sur ce piège tendu par le pouvoir et par les islamistes. Ils on révéler les vrais visages haineux et anti-kabyles des leaders de ce mouvement adoubé au début par la jeunesse kabyle comme Zitout, Amir dz, Bouchachi, Boumaala Belarbi, Tabou, Aknin, Sifaoui, Daoud, Razika Adnani, etc.
Une grande campagne de conscientisation sur ce danger à été mené dans les sites comme Tamurt, siwel, sur les réseaux sociaux, avec les pages et les groupes kabyles, par les vidéastes avec leurs directes comme Yahya, Mouloud,  Hmed Averkan, Mira, Lkhoudir, Amirouche, Guettaf, Said et beaucoup d’autres. Avec ce travail d’éveil fait par la famille indépendantiste la Kabylie a évité le pire pendant ces marches contre le pouvoir, mais on déplore tout de même un lourd bilan de ce Ḥirak soldé par l’assassinat de trois de nos jeunes, et deux handicapés à vie, arrachage d’une jambe pour l’un et d’un œil pour l’autre.

Quelques bonnes nouvelle pointent à l’horizon de la Kabylie, Said Sadi semble se repositionner dans ce Ḥirak en apportant son « soutien sans réserves » aux indépendantistes menacés de mort par Zitot, comme dit l’adage, il n’est jamais trop tard pour bien faire. La députée du RCD Lila Hadjarab a appelé sur sa page face book à « ouvrir le débat sur les questions de l’autonomie, de la régionalisation et de l’indépendance de la Kabylie ».

Par contre nous observons un silence assourdissant de la part des intellectuels kabyles, des cadres, des médecins, des architectes, des universitaires, des techniciens, des anciens responsables politiques, députés, maires, sénateur, ils ont peur de prendre des positions courageuses qui seules les protégeront.
L’un des grands paradoxes en Kabylie, c’est que tous les Kabyles s’accordent à dire que la Kabylie est opprimée par l’Algérie mais très peu osent proposer des solutions pour mettre fin à cette oppression. Seuls les indépendantistes du MAK et de l’URK et les autonomistes du RPK ont eu le courage de proposer des solutions qui feront le bonheur de la Kabylie mais aussi celui de l’Algérie.

Les indépendantistes sont conscients des dangers (prison, assassinat) qu’ils encourent, ils sont prêts à continuer le combat pacifique et politique pour libérer leur patrie.
Nous savons tous qu’un minimum de droit, de liberté de culte, de laïcité, d’égalité homme femme arrachés au pouvoir algérien au profit de la Kabylie profitera à toute l’Algérie et toute l’Afrique du Nord.
Vouloir imposer ces valeurs dans les régions où elles sont combattues relève de la dictature et du suicide politique comme le propose certains pseudos démocrates kabyles.

L’avenir de la Kabylie se joue maintenant. Rester spectateurs ou s’allier avec les islamistes amis objectifs du pouvoir aura des conséquences graves pour la Kabylie et pour l’Algérie.
Si par contre les kabyles s’organisent pour défendent Taqvaylit, le rapport de force politique basculera en faveur du camp de la démocratie, de la liberté et de la laïcité. Taqvaylit, qui regorge de valeurs humanistes, d’universalisme et de protection de la nature, est menacée d’éradication par l’idéologie arabo islamiste que développent le pouvoir et ses alliés islamistes contre elle. Taqvaylit ne peut s’épanouir que dans le cadre de l’indépendance de la Kabylie.

Yuva-Kader Dah, Secrétariat de l’Union pour la République Kabyle (URK)

8 COMMENTAIRES

  1. Les separatistes arabo-islamistes sevissent en Europe ou ils tentent de s’approprier des territoires un peu partout en y developpant le crime organise, la terreur, le developpement de leur ideologie destructrice. Le tout soigneusement organise par les dictatures arabo islamistes e l’afrique du nord.

  2. Deux point a soulever sans faire de discours , premièrement il est important Que les indépendantistes et les autonomistes mettent une stratégie commune qui consiste a dominer le débat entre les deux camps afin de conter toute les autres tendances , cela va de soi que cela effacera les islamistes et les algerianistes du débat puisque ils ont minoritaires et stériles d’arguments .
    deuxièmement , j’interpelle les kabylistes toute tendance confondue de cesser de nous parler d’universalisme et d’ouverture car cela contredit vos propres engagements puisque ces deux mots importés sont contre les identités et contre tous ce qui est autochtone ….les idées de gauche n’ont jamais défendu une identité , au contraire tout ce qui est anarchiste est pour la mondialisation , cette dernière veut dire métissage de races , effacement des identités et unification autours des langues les plus visibles .
    kabyles soyez pragmatique de droite comme fût le père du peuple kabyle , l’immortel Moohand arav Besaoiud ….vive la kabylie libre et à droite toute

  3. Tout Kabyle qui ne considérerait pas l’idéologie arabo islamiste comme ennemi serait lui même considéré comme un ennemi de la Kabylie et par voie de conséquence à mettre hors d’état de nuire. Un Kabyle peut-être indépendantiste du MAK ou de l’URK ou autonomiste du RPK, là n’est pas le problème tant qu’il combat farouchement l’ennemi commun qu’est l’arabo-islamisme.

  4. A’ fleur de peau, entierement d’accord, j’en suis vraiment convaincu qu’ avec tout ces évenéments qui se produisent et se reproduisent ne font que notre peuple kabyle ira dans le bon sens vers son indépendence et cela ça n’est de l’utopie comme certain le pensent.

  5. L’Algérie est prise en tenaille par ses deux voisins mitoyens qui souhaitent remettre sur la table un vieux contentieux territorial, car ils revendiquent chacun leur part du sahara dont ils considèrent avoir été lésés. Ainsi l’Algérie ne serait plus qu’un trait, une frontière commune entre le Maroc et la Tunisie, si leur rêve se concrètisent de faire la raie au milieu. De plus, des groupes terroristes sont toujours très actifs au sud : daech, aqmi, boko haram, et des conflits éthiques touaregs. Il y a aussi plusieurs milliers de mercenaires jihadistes sur le territoire Lybien, qui constituent une menace potentielle. Et enfin il y a désormais l’armée turque du sultan turc-ottoman Erdogan en Lybie, qui considère toujours l’Algérie comme une dépendance turque, et qui rêve de faire renaître l’empire ottoman, mais surtout de s’approprier les ressources naturelles. De plus, des mouvances islamistes très actives depuis l’étranger, comme le Rachad (ex-FIS) subventionné par les pays arabo-islamistes et la Turquie cherchent à déclencher une guerre civile à l’intérieur de l’Algérie, comme celle de la décennie noire des années 90, ce qui affaiblirait considérablement l’armée. Le fait que l’armée turque se soit positionnée en Lybie prêt de la frontière algérienne n’est pas anodin. L’économie algérienne est en miettes, le régime illégitime est contesté par le peuple, les kabyles sont résolument séparatistes. L’Algérie est donc au bord de l’implosion. L’absence de diversification de son économie trop dépendante des hydrocarbures, l’a davantage fragilisé et rendue très vulnérable.

  6. Il se dessine déjà une forme de parlement dans la rue Kabyle. Il faut consolider ce moment de conscience en des pratiques politiques. Les 3 organisations devraient créer cette institution super-partes qui serait la volonté de ceder ou partager, une autorité qui par sa moralité transvesale et son role de scinder entre dialéctique politique et unité civilisationnelle. Cela est l’indice de maturité politique, admettre de subir les limites de loi et ethique de la cité, chose différente de l’Etat sous controle d’une partie. Un peuple c’est cela. Sans reconnaissance des institutions transversales qui lient citoyen et pouvoir dans le respect mutuel vous reprodurez le FLN et son parloir.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici