Bgayet : « Tighremt » disparait dans l’indifférence totale

6
Tighremt
Tighremt

KABYLIE (TAMURT) – Malheureusement, le seul quotidien en langue tamazight « Tighremt » n’a pas eu droit au même élan de solidarité que celui qui a été réservé au journaliste Khaled Drareni, condamné à 3 ans de prison ferme. Après sa disparition des kiosques, le quotidien en tamazight, « Tighremt » vient aussi de s’éclipser de l’espace Net.

Aucune campagne de dénonciation ni de soutien n’a succédé à « l’assassinat » prémédité de ce journal lancé uniquement grâce au militantisme et l’engagement de journalistes-militants dévoués qui ont tout fait pour que leur rêve se maintienne, en vain. On regrettera que « Tighremt », le seul journal en langue tamazight n’ait pas eu le même élan de soutien dont a bénéficié le journaliste Khaled Drareni, autrement, il aurait pu être sauvé de cette « suspension » forcée.

En tout cas, le collectif de ce journal a confirmé l’information de sa cessation de manière officielle. Le collectif du journal « Tigremt » tente ainsi de rassurer que l’arrêt de la diffusion du quotidien sur le Net n’est qu’une pause « le temps de réfléchir des suites à donner à notre aventure ». Et de rappeler : comme vous le savez « Tighremt » a été interdit d’impression à partir de son cinquième numéro. Cela ne nous a pas empêché de continuer la fabrication du journal et de le mettre à votre disponibilité par le biais du net. « Contre vents et marées, nous avons maintenu le cap de la rigueur jusqu’au 100ème numéro qui a rassemblé l’équipe rédactionnelle et des amis du journal à Bgayet le 1er juillet. Ce 100ème numéro a été l’opportunité pour animer une conférence de presse se voulant explicite des difficultés que « subit » « Tighremt ». S’en était suivi une réunion entre les responsables de « Tighremt ». Il fallait répondre à la question : baisser les bras ou trouver une solution à même de maintenir « Tighremt » en vie ? », ajoutent les responsables du quotidien en précisant que quoi qu’il en fusse, quoi qu’il en soit et quoi qu’il en advienne… il ne sera jamais question de baisser le bras.

« Encouragés par vous toutes et vous tous, nous avons décidé de lancer la formule abonnement, seul moyen, en attendant «la levée de l’interdit », qui permettrait à « Tighremt » d’être au rendez-vous quotidien de l’actualité dans toute sa diversité. Le collectif en question a indiqué en outre qu’il rendra public des informations au sujet de la faisabilité technique de cette formule.

Tarik Haddouche

6 COMMENTAIRES

  1. Des paroles en l’air , des constitutions bidons plus des actes anticonstitutionnels.

    attention à ce que vous allez lire..!

    Article 1er. — L’Algérie est une République Démocratique et Populaire. Elle est une et indivisible.
    Art. 2. — L’Islam est la religion de l’Etat.
    Art. 3.2
    — L’Arabe est la langue nationale et officielle.
    L’Arabe demeure la langue officielle de l’Etat.
    Il est créé auprès du Président de la République, un Haut Conseil de la Langue Arabe.
    Le Haut Conseil est chargé notamment d’œuvrer à l’épanouissement de la langue arabe et à la
    généralisation de son utilisation dans les domaines scientifiques et technologiques, ainsi qu’à
    l’encouragement de la traduction vers l’arabe à cette fin.
    Art. 4.3
    — Tamazight est également langue nationale et officielle.
    L’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en
    usage sur le territoire national.
    Il est créé une Académie algérienne de la Langue Amazighe, placée auprès du Président de la
    République.
    L’Académie qui s’appuie sur les travaux des experts, est chargée de réunir les conditions de la
    promotion de Tamazight en vue de concrétiser, à terme, son statut de langue officielle.
    Les modalités d’application de cet article sont fixées par une loi organique.

  2. Cela démontre la détermination des autorités à vouloir museler la presse libre et indépendante, et à faire disparaître la langue Taqbaylit. Et au delà de tout cela, imposer l’arabe et l’islam comme seule possibilité. Ils l’ont inscrit dans la constitution depuis qu’ils ont confisqué le pouvoir et la terre des Imazighens en 1962. La délivrance du peuple autochtone kabyle et l’indépendance de la kabylie est le seul recours possible. Les dirigeants arabo-islamistes imposteurs et illégitimes s’entetent à vouloir croire que l’arabe et l’islam seront le liant et le dénominateur commun d’une dictature militaro-islamo-arabo-fasciste.

  3. Azul . Bonjour . Voila une bonne leçon de la réal politique comme on dit dans le jargon afférant à la matière , pour tous ces Kabyles qui ont cru à l’appel du Hirak et de ses chimères d’espoir pour un avenir commun meilleur . seul un état d’essence politique , institutionnelle amazigh permettra l’émergence de notre langue . le pouvoir criminel algérien ne fait que pratiquer la dance de deux pas en avant et de trois pas en arrière . qu’est ce qu’il attend le pseudo – intellectuel de Kamel Daoued , de Zitout et de sa clique pour dénoncer une atteinte aussi flagrante à la Liberté de la Presse .

  4. Des paroles en l’air , des constitutions bidons mais aucun acte .
    Tamazight langue nationale , qu’ils disaient , mais alors en pensée seulement . Si la dictature le pouvait même le droit de rêver serait nié !

  5. Sauf dans un Etat Amazigh pourrait prosperer une presse authentique. Plusieurs expériences historiques sont nécessaires pour asseoir un procédé solide. Rien n’est perdu. Au contraire, c’est comme un changement de saison qui donne l’impression que tout meurt, mais au printemps le miracle refait surface, souvent en plus coloré.

  6. Nous soutenons et nous attendons que l’abonnement soit lancée pour que nous puissions y abonner. Nous sommes aussi disponibles vous soutenir financièrement auprès de notre diaspora en Europe et en Amérique. Moi je n’ai pu obtenir qu’un seul numéro de tighremt. Dautres iniciatives peuvent etre prises pour un quotidien en tamazight en France où beaucoup d immigres kabyles y vivent.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici