Bgayet : Sit-in des gérants de bar

2
Sit-in pour la réouverture des bars à Bgayet
Sit-in pour la réouverture des bars à Bgayet

BGAYET (TAMURT) – Les commerçants de boissons alcoolisées exerçant sur le territoire de la wilaya de Bgayet ont appelé à l’observation d’un rassemblement de protestation afin d’exiger des autorités de leur délivrer l’autorisation d’ouvrir à nouveau. Le sit-in en question aura lieu devant le siège de la wilaya.

Il est évident qu’après la réouverture des plages, restées fermées depuis le début de la saison estivale le 1er juin dernier, les gérants des débits de boissons alcoolisées allaient sortir de leur silence. En effet, ils disent qu’ils ont été oubliés de la part des autorités. A l’annonce de la reprise de pas mal d’activités comme les plages, les mosquées, les parcs d’attractions, les lieux de loisir, les concernés ainsi que les consommateurs s’attendaient à ce que les débits de boissons alcoolisées et les bars allaient bénéficier de la même mesure. Mais trois journées après l’entrée en vigueur de la décision de l’ouverture des plages et autres, les bars restent toujours fermés car aucune note stipulant qu’ils pourraient désormais ouvrir de nouveau leurs portes n’a été rendue publique. C’est ce qui a poussé les commerçants de boissons alcoolisés à réagir en appelant à la tenue d’un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya de Bgayet et ce, le 18 août 2020 à partir de 9 heures du matin.

Les concernés entendent ainsi exiger la réouverture de leurs débits de boissons alcoolisées restés fermés depuis plus de cinq mois, c’est-à-dire depuis le mois de mars passé quand le gouvernement algérien a décidé de fermer la majorité des secteurs d’activités à cause de la pandémie de coronavirus. Par ailleurs, les propriétaires des commerces de boissons alcoolisées ont indiqué qu’en cas d’ouverture, ils s’engagent à veiller au respect scrupuleux des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie de la covid-19 dont l’exigence du port du masque, la distanciation sociale ainsi que la disponibilité du gel hydro-alcoolique.

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. Bgayet, Saldae, Bugia, Bougie, Béjaia, Bgayet pour ses habitants, existe avant l’existence de l’Islam et de l’islamisme. Elle a existé avant la création de l’Algérie en 1857 par le général Schneider et surtout l’avènement de l’Algérie en 1962. Elle est signalée par les carthaginois (Puniques) puis par les Romains, … jusqu’aux « Khorotos. »

    Elle a de tout temps existé avec sa bière, son vin, son zombritto [mixture d’alcool pure / soda], … son fenugrec (lḥelba), son chanvre (lkif), … comme les autres villes d’Algérie, autre mesure, mais, et c’est ce qui fait sa différence, sans hypocrisie, comparée à ces dernières.

    Bgayet existera avec sa bière, son vin, son zombritto [mixture d’alcool pure / soda], … son fenugrec (lḥelba), son chanvre (lkif), … pour l’éternité.

    Elle existera tant que des lieux féériques tels les Aiguades, Cap-Carbon, le Pic des singes, Gouraya, Taxelwit, La brise de mer, Saḥel, Tazebbuct, Jerba, Lεec n lbaz, Tala n Yilef, Saket, Tiγremt n Tala, Tiγremt tameqrant, … Cap Sigli … excusez du peu, existent.

    Il est clair, comme l’eau de roche, que la décision de maintenir les débits de boisson, restaurants-bars, bars, … fermés est politique. Vous n’avez qu’à regarder le petit doigt de la main droite du dernier désigné président algérien – sans l’aval de Bougie / Bgayet, je tiens à le rappeler ici, puisque Ibgaytiyen (les bougeottes) n’ont pas voté et ont évité la mascarade du 19 décembre 2019, cette comédie à trois actes régie par Gaid-Salaud et compagnie. Il est orné d’une grosse bague argenté ou en argent, signale apparent d’appartenance à la secte des frères musulmans. La messe est dite.

    Espèce de voyous et imbéciles heureux de décideurs, le taux de mortalité en Algérie est dû à la tension artérielle et au diabète, pas à l’alcoolisme. Ce sont les sodas, les « jus », … qui font bien plus de victimes que la bière, le vin, … Ce sont les graisses animales qui tuent plus que la bière.

    Espèce de voyous et imbéciles heureux de décideurs, ce sont les mosquées qui tuent. Elles tuent les adeptes de la religion, vivants. Elles les vides de leurs cervelles comme on vide un poisson de ses entrailles. Mais ca, ca vous arrange !

    Espèce de voyous et imbéciles heureux de décideurs, c’est la réouverture des mosquées qui expose, objectivement parlant, les gens au SARS-COV-2, pas un débit de boisson où on rentre, on achète, on paye et on sort. Ce n’est pas non plus un restaurant-bar, où les mesures nécessaires contre la covid-19 sont prises au préalable, qui serait un foyer de contamination, mais les rassemblements dans des mosquées. Je peux multiplier les exemples à l’infini, …

    Manifestez pour vos droits, sortez dehors, haussez la voix, car le droit de consommer de l’alcool est à l’avant-garde, même déterminant, dans le combat démocratique dans un dépotoir puant comme l’Algérie actuelle.

    Manifestez pour vos droits économiques. C’est votre gagne pain. Je préfère et de très loin ce que vous faite comme métier comparé au métier de ceux qui abêtissent les gens par leur statut d’Imams, sic ! Ceux qui vivent sur le dos des autres comme des parasites, avec des « Qala wa qala » ; leur bouche, au service de la dictature militaire.

    Cette espèce de voyous et imbéciles heureux de décideurs VEULENT nous confronter aux islamistes pour qui ils ont pris, de visu, partie, comme à leur accoutumé, pour briser le sursaut populaire du 16 février /22 février : Tawadda (Hirak).

    À bas les dictatures militaires insipides, celles qui sont tenues par des ignorants de type Gaid-Salaud ; à bas toutes les dictatures, espèce de mauvaise graine !

    L’usage que vous faites des Islamistes et de l’Islamisme est révolu.

    Avec ou sans l’islamisme ; avec ou sans la dictature militaire et ses auto-déclarés généraux et généraux majeurs ; avec ou sans les services de sécurité (tous genres confondus) ; avec ou sans la façade civile des militaires / service de sécurités (Présidence, Préfectures, Syndicats, …), Bgayet existera avec sa bière, son vin, son zombritto [mixture d’alcool pure / soda], … son fenugrec (lḥelba), son chanvre (lkif), … pour l’éternité.

    Sous l’ombre d’un cèdre, à quelques mètres de l’eau de mer, en compagnie de ma bien-aimée, une bière bien fraiche à la main, une brise me caressant le visage, … un paradis sur terre en cette période de canicule, je lance à la face de la pègre ignare, laide, imbécile heureuse qui nous gouverne par la force depuis 1962 avec la complicité des États étrangers dont elle sert les intérêts: Vive la démocratie, vive l’auto-détermination de l’homme !

    Amezzay, un authentique de Bougie

  2. Une situation un peu compliquee pour les bars mais j’en connais qui ont des cours privees ou les boissons peuvent etre servies au lieu de tables amenages sur les trotoirs, comme le font les pays europeens, compte tenue de la schizophenie de ceratins gens envers les gens qui boivent.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici