Akbou : l’avocat Houali dénonce la solidarité sélective

3
L'avocat Kader HOUALI
L'avocat Kader HOUALI

KABYLIE (TAMURT) – « Où sont passés les journalistes qui couvraient les autres procès dans d’autres cas similaires ? Où sont les militants des droits de l’Homme qui nous chantent à longueur de journée les valeurs d’humanisme ? Quand il s’agit des militants ou des sympathisants indépendantistes, tout le monde se couche, c’est comme si ces derniers sont des citoyens de seconde zone », déplore et dénonce maitre Kader Houali.

C’est devenu flagrant : quand il s’agit de militants indépendantistes qui sont brutalisés et arrêtés, c’est le silence total alors que ceux qui prétendent défendre les droits de l’Homme et « combattre » les pratiques du pouvoir se manifestent dans d’autres cas. Ce qui a suscité une réaction énergique et sincère de la part de l’avocat Kader Houali qui a dénoncé ces pratiques en racontant un cas concret. « Ce matin, quatre militants étaient convoqués à comparaître devant le juge d’instruction près le tribunal d’Akbou en tant qu’accusés. Je les ai assistés devant le même juge qui a décidé du renvoi du dossier pour qu’ils soient convoqués à une date ultérieure. Au moment du déroulement de l’instruction, plusieurs militants venus observer un rassemblement de soutien devant le tribunal à leurs camarades, étaient arrêtés et malmenés par les services de sécurité », révèle maitre Houali en précisant qu’un jeune de 18 ans a été embarqué, tabassé et jeté sur le bord du chemin de fer : « Les traces de l’agression sont très visibles sur son corps. Un excès de zèle injustifié sachant que cet incident n’est pas nouveau. Beaucoup de militants du MAK étaient tabassés dans les commissariats sans que les auteurs de ces dépassements ne soient jugés ».

Le même avocat enchaine : « Un énième dérapage que je tiens à dénoncer avec la plus grande fermeté, prenant l’opinion à témoin quant aux conséquences de ces provocations récurrentes dans une région qui subit depuis quelques temps la fureur d’un régime en quête de légitimité et qui tente d’imposer la logique de la terreur avec la stratégie du tout répressif.
En outre, je tiens à dénoncer le silence assourdissant des médias de tout bord contre cette énième atteinte contre ces militants pacifiques ».

Maitre Houali s’interroge en outre : où sont passés les journalistes qui couvraient les autres procès dans d’autres cas similaires ? Où sont les militants des droits de l’Homme qui nous chantent à longueur de journée les valeurs d’humanisme ? « Quand il s’agit des militants ou des sympathisants du MAK, tout le monde se couche, c’est comme si ces derniers sont des citoyens de seconde zone. Une solidarité sélective et partiale qui témoigne de l’absence de maturité chez ces soi-disant « Hirakistes » ayant découvert le militantisme le 22 février 2019 », ajoute Kader Houali avant de conclure : « Me concernant, je resterai fidèle à mes engagements pour la défense des opprimés, quelles qu’en soit les circonstances et je fais fi de ce que pensent les partisans de cette unité de pacotille ».

Tarik Haddouche

3 COMMENTAIRES

  1. Son combat pour la défense des droits humains et des causes justes honore Maitre Kader Houali. Et c’est un honneur pour la Kabylie de compter parmi les siens des hommes de la trempe de cet avocat. Nous sommes fiers d’être ses concitoyens.

  2. Malheureusement les véritables défenseurs des Droits humains (comme Me Debouz) sont forcés à l’exile ou persécutés et menacés (comme Me Mokrane Ait Larbi) Les autres « beauxgateaux » ne prennent pas beaucoup de risques…

  3. Azul .enfin un homme, c’est du rare . j’espère y en aura d’autres dans un futur proche. Vive l’indépendance de la Kabylie. tanemirt.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici