L’ONU EST-ELLE AVEUGLE ?

6
ONU
ONU

WASHINGTON (TAMURT) – La décision de l’ONU d’élire l’Algérie à la Vice-Présidence de la 3e Commission de l’Assemblée Générale, en charge entre autres des Droits de l’Homme fera encore date des dérapages de cette organisation.

Mais les instances onusiennes n’en sont pas à leur premier coup d’éclat. En effet, on se rappelle de la honteuse élection de l’Arabie Saoudite à la présidence du groupe consultatif du Conseil des Droits de l’Homme en septembre 2015, ce qui a provoqué une levée de boucliers des organisations des droits de l’Homme dont l’UN Watch qui a déclaré que « les pétrodollars et la politique l’emportent sur les droits de l’Homme ».
Comme à son habitude dans de telles circonstances, la presse algérienne se montre euphorique à l’issue de cette élection et se gargarise de propos nationalistes. Aucune fausse note ne doit émerger du brouhaha d’autosatisfaction. Mr. Khaled Drareni, condamné pour délit d’opinion en a appris à ses dépens.
Même le CNDH algérien vient à la rescousse du tout répressif en invitant les journalistes à « faire preuve de professionnalisme et de haut sens dans l’exercice des libertés de presse et d’expression » . Traduction : appliquez l’autocensure sinon on ne répond pas des conséquences !
Il va sans dire qu’occuper une place de Vice-Présidence dans une telle Commission confère une certaine virginité – voire une impunité – au pays qui y siège. Le Conseil des Droits de l’Homme (autre instance onusienne) a affirmé dans un rapport de 2005 que « des États ont cherché à se faire élire à la Commission non pas pour défendre les droits de l’homme mais pour se soustraire aux critiques, ou pour critiquer les autres », ce qui a disqualifié l’institution en ce qui concerne son rôle de protection des valeurs et l’intégrité de l’Homme.

Mais pourtant ce n’est pas par cécité que de telles nominations sont prises, les exemples de violation des Droits de l’Homme allant de l’atteinte à l’intégrité physique des personnes à celle de l’offensive de l’idéologie arabo-islamisme, prélude à la mise à mort de la culture et langues ancestrales du terroir, ne manquent pas. Il ne se passe pas un jour où le pouvoir répressif d’Alger ne se distingue par des actions violentes, à l’image des arrestations très musclées des défenseurs des libertés qui ont eu lieu à à Bgayet (« Bougie ») cette semaine. Citons à ce sujet la déclaration de leur avocat Kader Houali,  militant des droits de l’homme, excédé par cette violence inouïe, et dont il faut relever le courage exemplaire :
« Ce matin, quatre militants étaient convoqués à comparaître devant le juge d’instruction près le tribunal d’Akbou en tant qu’accusés. Je les ai assisté devant le même juge qui a décidé du renvoi du dossier pour qu’ils soient convoqués à une date ultérieure.
Au moment du déroulement de l’instruction, plusieurs militants venus observer un rassemblement de soutien devant le tribunal à leurs camarades, étaient arrêtés et malmenés par les services de sécurité. Un jeune de 18 ans a été embarqué, tabassé et jeté sur le bord du chemin de fer. Les traces de l’agression sont très visible sur son corps. Un excès de zèle injustifié par des flics qui jouissent de l’impunité totale, sachant que cet incident n’est pas nouveau. Beaucoup de militants étaient tabassés dans les commissariats sans que les auteurs de ces dépassements ne soient jugés.
Un énième dérapage que je tiens à dénoncer avec la plus grande fermeté, prenant l’opinion à témoin quant aux conséquences de ces provocations récurrentes dans une région qui subit depuis quelques temps la fureur d’un régime en quête de légitimité et qui tente d’imposer la logique de la terreur avec la stratégie du tout répressif. En outre, je tiens à dénoncer le silence assourdissant des médias de tout bord contre cette énième atteinte contre ces militants pacifiques.
Où sont passés les journalistes qui couvraient les autres procès dans d’autres cas similaires ?
Où sont les militants des droits de l’Homme qui nous chantent à longueur de journée les valeurs de humanisme?
Quand il s’agit des militants ou des sympathisants du MAK, tout le monde se couche, c’est comme si ces derniers sont des citoyens de seconde zone. Une solidarité sélective et partial qui témoigne de l’absence de maturité chez ces soit- disant « Hirakistes » ayant découvert le militantisme le 22 février 2019.
Me concernant, je resterai fidèle à mes engagements pour la défense des opprimés, quelles qu’en soit les circonstances et je fais fi de ce que pensent les partisans de cette unité de pacotille.
Halte à la répression !
À bas la solidarité sélective »

Il est à relever que ce sont surtout les militants pacifiques de la cause culturelle et linguistique Kabyle qui subissent cette répression sans précédent, sans émouvoir les instances internationales, à l’instar de la Commission des Droits de l’Homme sensée les dénoncer. Le seul tort de cette région est de défendre ses valeurs et résister au rouleau compresseur arabo-islamiste orchestré par l’Etat algérien. A cet égard, la désignation de son représentant à ce siège honorifique n’honore pas l’AG onusienne. Loin s’en faut.

Depuis l’indépendance la Kabylie vit un enfer avec la dépossession inexorable de ses valeurs culturelles sans mentionner l’embargo économique étatique dont elle fait l’objet, la maintenant ainsi sous perfusion permanente. C’est cette oppression que dénoncent ses enfants.
Il est temps que l’opinion internationale se ressaisisse et condamne ce génocide en cours d’une des plus anciennes civilisations du monde. La communauté internationale et en particulier l’Union Européenne dont l’espace est plus proche de l’Algérie doivent prendre leurs responsabilités et cesser d’être complices de cette violence étatique, confortant ainsi le régime algérien dans ses actions criminelles.

Sadeq At Amar Awḍiɛ

6 COMMENTAIRES

  1. Nous les kabyles personne ne va nous aide t’en que le système en algérienne graisse les pattes a toutes les grande puissances du monde, pas de droits de l’homme et pas de démocratie pas de liberté
    ils ne voient rien ils entendent rien

  2. L’ONU est une organisation avec une majorité de républiques bananières, d’Etats voyous, de dictatures en tous genres. Elle est à l’image de la planète ou les seules démocraties sont cantonnées à l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord. Rien d’étonnant à ce que la Libye de Kadafi soit élue à la présidence de la commission des droits de l’homme il y a quelques années. Ce sont les mêmes qui placent l’Algérie dans cette commission. Cette commission de l’ONU n’a rien à voir avec les ligues des droits de l’homme occidentales, véritables défenseurs des droits.

    • Ah la democratie occidentale ! Je pouffe de rire.
      Le malheur des peuples vient justement de ces pays que vous qualifiez de democratiques.
      Qui a installé ces bouffons pour reprimer leur peuples et dans quel but?

  3. Ce n’est pas la violence dite étatique mais tout simplement se sont des abus ou mieux dit le terrorisme du fln puis il se cache derrière la raison de l’État !
    Soi sont des terroristes d’état ou l’état qui protège les terroristes dans tout les cas, le fln sanguinaire ne pouvait jamais être un état comme il le prétendre!

  4. Ils avaient déjà élu l’Arabie Saoudite à la présidence de cette commission, qui comme tout le monde le sait déjà est exemplaire et irréprochable en matière de démocratie et de droit de l’homme. ONU : Organisation de toutes les Negations Unies. Si les kabyles persistent à vouloir confier leur destin à L’ONU, leur sort est scellé.

  5. L’Onu est un guepier, les pays dont les pouvoirs sont les moins légitimes sont la majorité. Juste le fait que les pays musulmans qui refusent la ratification des conventions sur les droits de l’homme, justifiant une vision islaique différente, renseigne de l’aberration de cette organisation. Expulser tous les pays islamiques puis une réforme radicale de cette organisation en la décentralisant et en faisant de ses organisation collatérales un moment correctif horizontal où siègeraient les ONG et organisation de proximité- celle ci aussi doivent etre cycliquement vérifiées dans leurs fonctionnement internes-. Donc imposer les femmes à hauteur de 50% dans toute représentation en assemblée et dans les comissions. Exiger un controle sur les budgets et instaurer le vote electronique dans tous les pays. Un président mal élu ce n’est pas « une affaire interne » mais une offence au monde entier. Or, les puissances utilisent ces dictatures fantoches qui servent les interets des puissants. La dictature des pays arabes est là grace aux puissances des pays dits démocrates sinon on aurait vite su où sont planqués les 500 000 000 000$ volés au peuple en Algérie, et pour feindre la récuperation on lance la pseudo-moralisation en jugeant quelques pret-nom pour des appartement et villas. Il y a une fonctionnalité du contexte politique. La horde islamistes qui égorgeait avait bien un odnneur d’ordres, le meme pour lequel elle crie contre l’officialisation de Thamazight dans la tentative de drainer – comme effet contraire induit-du monde aux urnes qui risquent de rester vides. Donc la vitrine mondiale qu’est l’Onu est la photo-finish d’un parcours politique économique au quotidien. On y lit les rapports de force et la dichotomie entre les discours officiels et la réalité crue, Donc céder sur l’arabisation et sur l’islamisation, partielles soient elles collabore avec le résultat final, l’oppression est un ensemble de petites autocensures qui renforce les bourreaux et leurs barbaries. Ne pas céder un pouce de votre libérté et c’est à plusieurs niveaux, si bien qu’un peuple opprimé doit etre séver avec soi et doit faire l’économie de son énergie de sa culture son bien etre physique. C’est souvent en nous que l’oppresseur trouve son allié meilleur

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici