Le Baccalauréat algérien devalorisé

2
Candidats aux épreuves du Bac, en Algérie
Candidats aux épreuves du Bac, en Algérie

ALGERIE (TAMURT) – L’Islam est faible, car le régime algérien n’y croit pas ! En boostant l’islamisme par sa constitution mensongère chez les peuples d’Algérie et surtout en Kabylie, il fait semblant de répondre à la suprématie scientifique du monde occidental chrétien. D’ailleurs ils viennent de réduire le Baccalauréat à sa plus simple expression dans le monde.

Leur doxa est très connue : aux peuplades algériennes (considérées comme telles par les pieds-noirs arabo-islamistes au pouvoir depuis l’indépendance à Alger), une école et des diplômes sans valeurs, à leurs enfants les plus grandes écoles en Europe et en Amérique du Nord. Les écoles algériennes, ateliers de propagande systèmo-islamiste, enseignent plus le « dévotisme » où l’esprit rationnel est absent. Il est l’expression la plus criante du féodalisme arabo-musulman et l’antinomie de la Kabylie, plus particulièrement, de son assemblée républicaine, TAJMAƐT. La république dans son cantonnement algérien n’a plus aucun sens. L’enseignement algérien est loin de porter didactiquement la critique comme valeur éducative pouvant induire une certaine autonomie du jeune écolier.

Le régime algérien a peur de la critique à laquelle il répond que par la seule violence. Son administration agit civilement comme les militaires dans les casernes. Le premier instaure une dictature politique dans la société, les seconds ne font que respecter la discipline militaire dans leur institution. Deux pouvoirs avec le même but. L’un apprend à ses administrés de défendre le système corrompu, l’autre, s’il n’est pas dévoyé de sa mission, apprend normalement à surveiller les frontières du pays et au cas échéant à les défendre. Mais en Algérie, l’un ne va pas sans l’autre.

Dans ce pays, squatté par les militaires du club d’Oujda, acceptés volontairement et sournoisement par le général Charles de Gaulle, sonorisent conjoncturellement depuis 1962 jusqu’à nos jours, le bruit de leurs bottes. Le pouvoir civil d’Alger est leur bras long. Rien ne leur échappe. L’une de leurs victimes principales est la Nation Kabyle. Rebelle historiquement, elle reste fidèle à elle-même. Elle ne veut pas mourir pour une Algérie arabe dont les attributs sont cimentés par une constitution qui fait des Kabyles et autres Amazighs des peuples dominés à jamais. La constitution algérienne ne devrait pas intéresser le peuple kabyle.

Masin Ammour

2 COMMENTAIRES

  1. En regardant la photo on voit que ce n’est pas juste le BAC qui est devalorise mais la femme algerienne est Devalorisee ; elle s’habille avec un machin Turque ou Ouzbek sur la tete. Qui sait ?
    Si elles veulent se chacher leurs cheveux quoi de mieux qu’une fouta Kabyle ? mais non elles vont chercher en Ouzbekistan pour nous ramener ce machin farfelu pour le mettre sur la tete. Le pays a perdu le Nord, Les femmes et hommes , leurs reperes culturels, .. un pays a la derive dans tous les domaines qu’ils soit sociaux, economiques, culturels,….Et bien sure on est en 2020, le pays ne sait pas produire une aiguille..

  2. Le président Macron lui-même dans son discours s’est engagé à généraliser l’apprentissage de l’arabe en France, la création d’un islam des lumières en France, ainsi que d’un institut universitaire des sciences islamisques. Pourquoi cet intérêt pour l’islam et la promotion de la langue arabe dans un pays comme la France dont l’histoire, la civilisation et la culture ont été forgés au cours des siècles par le christianisme? Il y aurait déjà en France aujourd’hui environ 2500 mosquées. Dans quel but, dans quel intérêt, et pourquoi cette expansion et cette propagation forcée que les français n’ont jamais souhaité.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici