Sale guerre au FFS

2
Direction du FFS
Direction du FFS

TAMAZGHA (TAMURT) – Malgré la tenue d’un congrès extraordinaire dans des conditions extrêmement difficiles, le Front des Forces Socialistes (FFS) n’est pas encore sorti du tunnel dans lequel il est empêtré à cause d’une guerre interne qui n’en finit pas. Le clanisme qui a miné ce parti ne cesse d’engendrer des dégâts.

C’est le moins qu’on puisse dire avec ce nouvel épisode qui intervient le jour même de la commémoration du 14ème anniversaire de l’assassinat de Rabah Aissat, l’une des figures les plus importantes de ce parti. En effet, un communiqué signé par Youcef Aouchiche, nouveau premier secrétaire de cette formation politique, qui a eu l’insigne honneur d’être qualifié pendant longtemps de premier parti d’opposition, il est souligné : « Nous portons à la connaissance de l’opinion publique que Belkacem Benameur, ne représente nullement le Front des Forces Socialistes. Ce dernier, qui orchestre actuellement l’occupation illégale du siège du FFS, sis au 56 avenue Souidani Boudjema agit en violation des textes du parti et de la loi ».

Le même communiqué du FFS révèle qu’une procédure disciplinaire est en cours contre cette personne, ainsi qu’une procédure en justice pour occupation illégale du siège et usurpation de fonction. « Nous rappelons que depuis le congrès extraordinaire du FFS tenu les 9 et 10 juillet dernier, les instances légales, du FFS au regard des textes du parti et de la loi, sont l’Instance Présidentielle élue, ainsi que les instances désignées, ou élues, à la suite du Congrès extraordinaire », ajoute-t-on. Et de rappeler que le congrès extraordinaire et la nomination de Monsieur Youcef Aouchiche au poste de Premier Secrétaire du parti ont été dûment validés conformément à la loi régissant les partis politiques. « En attendant la récupération de notre siège national, nous nous démarquons et dégageons notre responsabilité de toutes les activités qui y seront abritées, quelque soient leur nature ou leurs objectifs », conclut le communiqué du FFS. Le FFS n’arrive même pas à régler ses problèmes internes et il prétend pouvoir trouver des solutions aux problèmes d’un pays dont la crise est des plus profondes et dont la situation est des plus inextricables.

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. A’ la base de cette mauvaise tournure il y a le non choix. Pour n’avoir pas identifié le vrai problème fondamental, celui du contexte sociétal, le FFS a du feindre l’Algérianisme, dans le sens de feindre qu’il y aurait un peuple unique dont la symbolique et le sens des limites seraient commun. L’islam et la « révolution algérienne » sont appelés à combler l’incohèrence entre des socialistes Kabyles qui étaient mus par l’éthique ancestrale dans le sens des limites local, et le reste du pays qui de fait le ventre mou sans archétype propre mais qui n’en veut surtout pas celui de Kabylie. Le comble est que les kabyles savaient tout cela, c’est Ait Ahmed qui dira que si les kabyles avaient insisté sur l’identité les autres régions auraient préféré rester sous le colonialisme. Resultat c’est le meme FFS qui demandera à la junte qui l’avait massacré « la » reconnaissance de mémoire des martyres de 63″, ce qui était un crime d’Etat. Morale, quand on cède sur les valeurs fondantes on est perdant sur tout le reste. En effet ils adhèrent aux valeurs arabislamiques du régime jusqu’à rejoindre le parloir des quotas, le régime arabe sait achever ses proie l’hameçon encore dans le ventre.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici