Le pouvoir ne veut pas d’un journal de Kabylie

15
Journaux kabyles en Algérie
Journaux kabyles en Algérie

KABYLIE (TAMURT) – Le pouvoir algérien ne veut, en aucun cas, que la Kabylie ait son propre journal. Il a bloqué tous les médias électroniques kabyles (dont Tamurt.info) et il a étouffé les autres journaux en papier y compris ceux qui lui étaient acquis.

La stratégie du pouvoir à l’égard de la Kabylie ne souffre d’aucune équivoque. Il n’est pas question que la Kabylie, avec tant de spécificités culturelles, linguistiques, religieuses et sociales, ne se dote de son propre journal. On peut comprendre l’attitude tyrannique du pouvoir algérien quand il s’agit de journaux libres comme Tamurt.info, Tighremt (entièrement écrit en langue tamazight), Siwel.info et d’autres titres encore, mais dans le cas de « la Dépêche de Kabylie » par exemple, le mystère plane. Car « la Dépêche de Kabylie » assumait pleinement son soutien au pouvoir algérien.

Ce quotidien, qui a cessé de paraître, n’a jamais publié un article qui pouvait fâcher les décideurs algériens. Pourtant, il a été également « achevé » juste après l’emprisonnement de son propriétaire Amara Benyounès. Le pouvoir algérien a également étouffé tous les journaux de Kabylie qui avaient émergé durant les années 90 et 2000 à l’instar de : « Le pays », « L’hebdo n Tmurt », « Racines-Izuran », « Le quotidien de Kabylie » (supplément du « Soir d’Algérie »), « Soummam » pour ne citer que les plus connus.

Pourtant, de nombreuses autres régions d’Algérie ont plusieurs journaux locaux, financés directement par l’Etat, dans l’Oranie, à l’est, dans le sud, dans l’Algérois, etc. Il y a même des wilayas qui ont leur propre journal comme c’est le cas de Chlef entre autres.

Même la bouffée d’oxygène que pouvaient offrir les journaux électroniques libres a été étouffée par un pouvoir dont la Kabylie a été, est et demeurera toujours une hantise. Car c’est une région qui l’a toujours empêché de faire ce qu’il voulait.

Tarik Haddouche

15 COMMENTAIRES

    • Absurde! Il ya tout un environnement implacable impose par l’argent du petrole, les services du systeme et la martelage mediatique quotidien en defaveur des Kabyles. Un systeme d’education ou l’arabe est imposee par le regime arabo-islamiste et la tu nous parles de la responsabilite des Kabyles dans ce degommage ? Les Kabyles n’ont aucun controle de quoi que ce soit en Algerie. Ce n’est pas parceque il ya des KDS que notre sort en est la. C’est le peuple Kabyle qui n’as aucun controle de sa destinee.

      • je comprends parfaitement. mais ce n’est ni toi ni moi qui dirais qui est Kabyle ou pas!
        la kabylie est victime de son élite, qu’elle soit arabophone ou francophone!

  1. On a perdu toutes les batailles depuis 62. Nos peres et meres ont fait du tres mauvais travail. Ils ont remis la cle de l’Algerie a des bedouins arabo-islamistes. Quand il fallait se battre en 62 pour controller l’Algerie, ils ont fait les cons et plouks; pas de jus dans la tete. Ils se sont faits rouler comme des bleus. Les Ait Ahmed, Krim, Mohand oulHadj, Ouamarane… nous ont TRAHIS!
    Pleure Kabylie

  2. Le problème ce n’est pas le pouvoir, un pouvoir décide et fait ce qu’il décide tant qu’on ne dit rien, le problème c’est ce qui reste de Kabyle dans cette région déjà morte et finie, plus personne ne se défend en Kabylie sauf contre les femmes.

  3. Tamazight, c’est la ‘ liberté ‘, elle ne vivra que sous un Régimes de libertés et de droits….

    Tant que le Régime dictatorial militaro-mafieux ‘ tient et enchaine ‘ ce pays, préside à ses destinées, il n’y aura ni (toutes les) libertés, ni droits, ni justice, ni équité, ni paix, ni stabilité, ni pluralisme…. rien, oulech, niet ! La question de Tamazight se pose en termes politiques et juridiques. En lien avec le besoin de ‘ changement radical ‘, qui suppose la fin de la Dictature militaire et mafieuse , militaro-mafieuse….

    La ‘ question politique ‘ , en l’occurrence ‘ la question du pouvoir ‘ est la question principale, la question fondamentale et essentielle, la question générale et globale. La question qui unit, rassemble et fédère le peuple quasiment en entier, enragé et révolté contre les Généraux criminels et prédateurs qui tiennent le pays d’une main de fer, s’accaparent et pillent ses richesses, oppriment et répriment la population civile, contrôlent toutes les institutions, abiment l’image du pays, aliènent sa souveraineté et tentent d’hypothéquer l’avenir de millions de citoyens….

    La ‘ question idéologique ‘ divise-sépare-isole ‘, joue les uns contre les autres, élève tels contre tels, disloque les liens, elle est brandie par le Régime miliutaro-mafieux, pour induire l’émiettement, le morcellement, la dispersion du (médiocre) ‘ champs politique, afin de parvenir en permanence à la ‘ division totale ‘, la division ajoutée à la terreur, la peur et les tensions diverses sont les ingrédient qui permettent d’allonger l’existence de Pouvoir dictatorial, militaire, mafieux, assassin, corrompu, corrupteur / manipulateur, qui ‘ achète et instrumentalise ‘ nombre d’agitateurs et charlatants, de pseudos et faux, de ‘ danseurs et danseuses du ventre ‘ pour leurrer et tromper…. et garder leur système dictatorial, de prédation et de crimes massifs….

    Tamazight ne trouvera son épanouissement et sa promotion que dans un Régime de Démocratie réelle, basé sur un État de droit social et solidaire…. C’est dire que la ‘ question de Tamazignt ‘ est d’abord et avant tout d’ordre politique et juridique. Les agitateurs et les franges ultra minoritaires et extrémistes qui s’affairent de Tamazight en termes ethniques et et régionalistes sont propulsés, sponsorisés et manipulés par l’aile dure et ultra de la Junte militaire pour maintenir le pays dans les tensions et la division totale, qui permettent à la Junte militaire de se maintenir….

    Partout dans le monde, à travers l’histoire, c’est l’État de droit , un régime démocratique donc, qui règle les questions linguistiques, culturelles, cultuelles, confessionnelles et religieuses….

    La Dictature militaro-mafieuse crée et maintient les problèmes, les conflits, les tension, et suscitent ainsi les divisions, les tensions et les conflits, c’est ce qui lui permet de perdure et piller les milliards du pétrole et du gaz, en massacrant la population civile….

    Sans la fin de la ce Régime dictatorial militaro-mafieux rien n’est possible…. ni Tamazight, ni libertés, ni droits, ni justice, ni pluralisme… ni tomates ni pommes de terre…. rien, oulech, niet !

    • @Ait Amar
      Vous faites le bon constat, le bon diagnostic, les bonnes conclusions et vous vous posez les bonnes questions. Vous avez tout compris, seulement dommage qu’il soit trop tard.

  4. C’est pitoyable de voir dans quel état est ce pays avec un énorme potentiel, un jeunesse sacrifiée.
    Depuis 60 ans, c’est le même scénario, la corruption, l’inégalité entre les hommes et les femmes, entre les régions !
    Les petits villages de Kabylie sont abandonnés et sans moyens de se développer.
    Ne lâchez rien, les journalistes et tous les individus !
    Il va falloir qu’ils dégagent vraiment, là-haut !!

  5. Je vous lis depuis la France et c’est vraiment pitoyable de voir le gâchis qui perdure depuis l’indépendance !
    Il ne faut rien lâcher et résister face à des dirigeants incapables de servir son peuple !

  6. En étouffant la parole on cherche à supplanter la pensée. Il m’arrive de surfer comme tout le monde à la recherche d’infos sur le pays, que je ne vois plus depuis des décennies, ce qui m’est offert comme image est un ensemble de vidéos arabisantes ou celles Kabyles pour la plus grande majorité faites de chants, une forme de resistance. Souvent dès la présentations annoncent la couleurs. Je n’ouvre jamais celles arabistes encore moins la majorité de celles islamistes que l’on reconnait par le symbole visible, les barbes et les tenues islamistes et hidjabs. L’important n’est pas visible aux yeux disait St Exupery, le lien sémantique est dans cette simplicitè Kabyle faite d’altérité joie, ce que ne trouve pas d’interprétation politique dans la mesure où meme les politicards Kabyles cherchent à monétiser ce vide institutionnel pour se lancer sans parachute. C’est dire comment la mort d’un peuple n’est jamais le fait de puissane extérieur seulement. Les « leaders kabyles » ont été trompés dans le totalitarisme FLN du coup la meilleure Kabylie est celle de nos femmes et soeurs qui ont l’humus du pays. Cette oppression a un nom et un prénom. Elle est dans la negation des femmes comme sujet de la polis et comme c’est elle qui véhiculent le reste de cette identité elles doivent acceder au pouvoir. Du reste elle savent etreintrosigentes tout en opérant pour la paix. C’est exactement le contraire des leaders qui subordonnent le bien collectif à la culture de l’image de la propre perspective individuelle. Tant que l’on ne change pas cette donnée le régime n’aura pas peur.
    On attend donc une femme leader pour rompre cette combinaison mortifère.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici