A propos de la résolution de l’UE du 26 novembre. La mauvaise foi du pouvoir algérien

7
La répression en Algérie
La répression en Algérie

ALGÉRIE (TAMURT) – Dans une résolution d’urgence du 26.11.2020 et pour une fois dans son histoire, l’UE a clairement pris fait et cause pour les personnes arrêtées et détenues à cause de leur liberté d’opinion. Cette résolution, très bien documentée, énumère tous les griefs, en matière d’atteinte aux droits de l’homme, somme toute accablants, que l’UE reproche aux dirigeants algériens. Pour les militants des droits de l’homme ainsi que pour ceux qui ont eu le malheur d’être incarcérés pour délit d’opinion, blasphème ou autre raison légitime, ces griefs sont un secret de polichinelle. Ce sur quoi il est cependant intéressant de s’attarder ici est la réaction algérienne.

A peine la résolution adoptée, on a assisté à une levée de boucliers et des réactions hystériques pour le moins incongrues du côté algérien. Le gouvernement par la voix de son ministère des affaires étrangères a qualifié la résolution « truffée d’allégations et d’accusations gravissimes et malveillantes ». Les partis et leurs cohortes d’élus parlementaires, à l’exception du RCD, ont fustigé le parlement européen et organisé un sit-in devant la représentation de l’UE à Alger en signe de protestation.

Si on est d’accord sur le fait que ces accusations sont d’une grande gravité pouvant altérer la position politique et économique de l’UE vis-à-vis de l’Algérie, la question des violations des droits de l’homme est, elle, d’une actualité brulante et alarmante dans ce pays. Aussi bien la société civile que les journalistes, avocats engagés, militants des droits de l’homme ou tout simplement des citoyens émettant des opinions politiques ou sociétales ont eu à subir les affres et la répression du système. Même la constitution bricolée en catastrophe, sans débat aucun, ne peut les protéger, car octroyant des pouvoirs exceptionnels à la justice, elle-même inféodée à l’exécutif. Mais pour le système en place, tout cela relève du fantasme européen. Assurément, la réaction algérienne pâtit de mauvaise foi. Mais cela est bien connu : les mœurs arabo-islamiques, le mensonge et l’hypocrisie font très bon ménage.

Cette résolution qui a le mérite de pointer du doigt les exactions du pouvoir algérien en matière des droits de l’homme en général et d’«appeler un chat, un chat » souffre de la focalisation sur la persécution du seul mouvement HIRAK. Car les premiers à faire les frais des atteintes aux droits de l’homme sont les ethnies berbères, particulièrement les kabyles et les mozabites. Aucun mot sur l’assassinat du Dr. Fekhar, ni sur les innombrables incarcérations de militants kabyles telle celle de Lounes Hamzi, ni sur les interdictions qui frappent les associations ou militants de la culture kabyle ainsi que les lieux de cultes non islamiques.

Par conséquent, il est de l’intérêt de l’Union Européenne de dénoncer aussi la chape de plomb qui s’abat sur la Kabylie depuis l’indépendance, empêchant toute initiative citoyenne qui ne serait pas en ligne avec la politique du pouvoir ou approuvée par ses relais. En Afrique du Nord, la communauté kabyle, d’essence laïque et aux structures démocratiques, représente le dernier rempart contre la tyrannie du pouvoir qui, de surcroit, est illégitime. Ce rempart s’effrite inexorablement et finirait par être dilué dans la mouvance arabo-islamiste si rien n’est entrepris incessamment.

Sadeq At Amar Awḍiɛ

7 COMMENTAIRES

  1. Ces Dictatures du Sud ont absolument besoin du su soutien des Puissances occidentales, dont les Dirigeants qui engagent cette complicité criminelle reçoivent cadeaux et importants subsides en luquide….

    Des complicités allant jusqu’aux meurtres politiques, tels les cas de Ben Baraka, André Mécili, Dulcie Septembre, Henri Curiel, etc., etc. La France est en haut de l’affiche dans ces dégueulasseries. …

    La Junte d’Alger tient beaucoup à la ‘ caution politique ‘ de l’ex Puissance coloniale, laquelle amarre l’Europe derrière elle pour maintenir ce Régime dictatorial militaire qui ‘ tient ‘ le pays depuis 1962….

  2. Ce dont les Puissances occidentales qui soutiennent et ‘ tiennent ‘ toutes ces Dictatures du Sud / le Tiers monde….

    Par leurs soutiens multiformes, ces Puissances sont gagnantes, car elles exploitent les richesses de ces pays, et les Dirigeants reçoivent des cadeaux, des commissions et des financements pour eux -mêmes et leurs partis. … On se souvient des diamants de Bokassa offerts à Giscard…. Ou l’argent du Régime militaire d’Alger pour les partis et plusieurs personnalités de France et de Navarre….

  3. Inutile de se défausser sur la France. Si le régime algérien demeure bien en place c’est parce qu’une grande partie des citoyens le soutient. Seule la Kabylie est homogène et unanime dans le rejet de ce pouvoir. Les démocrates algériens sont minoritaires dans leur société, ils font la promotion de valeurs qui ne sont partagées que par la Kabylie, la laïcité, l’égalité en droits entre les hommes et les femmes, la modernité. Qui peut croire que le citoyen lambda de Djelfa ou de Laghouat serait prêt à se convertir à la laïcité ou à accepter de faire une entorse à la religion en consacrant l’égalité parfaite des deux sexes ? C’est l’Algérie profonde.

    La France comme tous les pays entretient des relations avec des États, que ce soit l’Etat algérien, tunisien ou bolivien. La France ne peut maintenir le régime algérien si les citoyens le rejettent. Il faut en finir avec la main de l’étranger.

  4. Une résolution non contraignante, et le Régime militaire n’est en rien atteint !

    C’est la France qui détermine la politique algérienne de l’Europe. En tant qu’ex Puissance colonisatrice, elle convainc les Gouvernements du Vieux continent, en leur disant qu’elle est le pays le mieux placé pour comprendre la situation de son ex colonie.

    Et la France milite en faveur des Généraux criminels et prédateurs, en retour ces Décideurs réels renvoient l’ascenseur et payent convenablement Partis, Fondations et Associations d’envergure, Parlementaires, Personnalités influentes, Onagres, Maîtres-espions, Journaux importants, Télés , etc. de l’Hexagone qui participent à l’organisation du secret / l’omerta / la chape de plomb sur les crimes de masse et la corruption généralisée qui caractérise la Dictature militaro-mafieuse d’Alger. Cette Junte parvient en permanence à dégager une réserve financière par le biais des surfacturations, fausses factures et autres manigances opérées sur les centaines de marchés par an. A quoi s’ajoutent les entrées d’argent importantes perçues sur les loyers de l’immobilier appartenant à l’Etat algérien (appartements et châteaux), ainsi que des restaurants, brasseries, hôtels, sociétés de transport,…. gérés par des prêtes-noms enrôlés par la Police politique secrète… Bref ! La Camarilla ou d’Alger a depuis toujours arrosé les partis et le candidat en vue pour gagner la Présidentielle. Le soutien affiché récemment par Macron pour le Régime dictatorial s’explique par cette connivence criminelle, et il sera récompensé par d’importants financements pour sa campagne électorale à venir.

    La France ne veut pas de ‘ changement radical ‘ dans ses ‘ chasses gardées ‘, elle est plus gagnante avec les Dictatures militaire et royalistes.

    En soutenant ce Régime assassin et nihiliste, la France s’inscrit dans la ‘ vengeance posthume du colonialisme ‘, et poursuit ‘ l’oeuvre coloniale ‘ : ce qu’elle n’avait pu détruire par le passé, elle est en train de l’achever aujourd’hui, et de surcroît par des ‘ mains indigènes ‘, celles des Généraux sanguinaires et destructeurs….

    La ‘ caution politique ‘ de la France est importante pour le main du Régime dictatorial, avec évidement le ‘ soutien diplomatique et politiquo-stratégique du Grand Gendarme Américain…. qui a pris son Grand Morceau au Sahara…..

    .

  5. La resolution ne souffre de rien, c’est plutot les bourgeoisies dépendantes qui vivent au pas. L’UE savait que le régime n’avait aucune légitimité, elle l’a éxsangue en lui offrant la légitimité politique, quand les oppositions criaient au bourrage des urnes, elle l’a fait pour avoir le régime en main. En effet les accords « d’association » signés avec l’Algerie prédisposaient le pays de Massinissa au role de consommateur passif. Le decore de l’accord comportera un volet « transfert de technologie » que le peuple ne verra jamais. Au contraire l’accords a produit un déficit commercial de plus de 200 milliards$. La bourgeoisie compradora exibera au petit peuple la « grande mosquée d’Alger » comme trophé, mais en attendant elle negociait avec l’Europe la certitude des richesses siphonnées. Pas moins de 500 milliards$ ont été aspirés au peuple algérien, pendant que le verbe pseudo-nationaliste battait les TV de controle social. Tantôt c’est l’anti colonialisme de manière d’autre c’est l’islam contre l’occident. Le agents des multinationales faisaient leurs beurres. Une fois le régime dénudé par ses eccès, on a inventé le Hirak pour tenter de controler un changement violent qui allait prendre le relais vu l’approche de la fin de la cagnotte- les fumeuses reserves-. L’Europe veut prendre le train em marche donc tente de passer pour le future allié des opposants de demain. Morale, l’islamisme est exogène dans sa vision et ses interets tout comme le nationalisme arabe. Les généraux imbibés de cette culture ne pouvaient qu’etre fonctionnel au model culturel qui de fait ne repose pas sur une éthique ni des institutions vécues réellement. En effet le meme « parlement » arabe qui avait voté les « accords d’association » veut surfer sur les extérnalités négatives qu’il a produit. Nous propspetant un Etat islamoarabe après un Etat arabislamique. C’est dans l’identité que le pays perd. Des institutions qui ne sont pas fonctionnelles au peuple réel ne peuvent produire de système productifs ni de sens d’Etat. Minée depuis 62 par l’intrusion de faux combattants qui avaient besoin de liquidier les valeureux Kabyles pour asseoir la pax néocoloniale halal.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici