Bgayet : le P/APW devant le tribunal

4
Maire de Bejaia avec le PAPW et le Wali
Maire de Bejaia avec le PAPW et le Wali

KABYLIE (TAMURT) – Qu’est-ce qui se passe au juste dans la wilaya de Bgayet où il ne se passe plus un jour sans qu’un ou plusieurs militants, activistes ou élus ne soient convoqués devant la justice ? Cette fois-ci, c’est Mehenni Haddadou, président de l’Assemblée Populaire de la wilaya de Bgayet qui comparaitra devant le tribunal de Bgayet.

Le président de l’APW de Bgayet, un élu du Front des Forces Socialistes (FFS) répondra à des faits qui remontent à l’année. Durant cette période, des élus à l’APW, à l’APC et des députés se sont déplacés à Sidi Ahmed, dans la commune de Bgayet, pour porter aide et assistance à un groupe de citoyens menacés d’expulsion de leurs domiciles situés dans une concession attribuée au groupe « LABELLE » par l’ancien wali, Hamou Touhami. Pour avoir pris la défense de personnes en détresse, le P/APW, Mehenni Haddadou, a été convoqué pour comparaître mardi 22 décembre 2020. Le concerné est accusé d’outrage à corps constitués et de non- respect d’une décision de justice dans l’affaire du groupe « LABELLE ».

Le FFS a réagi énergiquement face à cet événement. Dans une déclaration, signée par Youcef Aouchiche, Premier secrétaire national du FFS condamne avec la plus grande vigueur la convocation de Mehenni Haddadou. Le FFS qualifie cette affaire de politico-judiciaire, « orchestrée de toutes pièces ». En outre, le FFS exige la levée immédiate des poursuites contre le Hadadadou Mehenni et « s’insurge contre l’arbitraire et l’injustice dont sont victimes beaucoup de nos élus et P-APC ». Dans la même déclaration, le FFS ajoute : « La Direction et les militants du FFS assurent le camarade Hadadadou Mehenni de leur soutien entier et de leur solidarité indéfectible et tiennent à préciser que les élus du parti n’abdiqueront devant aucune pression lorsqu’il s’agit de défendre nos concitoyens et de faire valoir les valeurs d’entraide et de solidarité qui fondent notre société et notre parti ».

Le FFS s’interroge, enfin, sur les motivations réelles et le timing de cette affaire qui intervient au moment où l’APW de Bejaia « accomplit un travail extraordinaire en faveur de développement et en direction de nos concitoyens et au moment où le FFS renoue avec la stabilité et retrouve la place qui lui revient dans la société et sur l’échiquier politique national ».

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

    • DE grace ces deux partis ne participent pas au pouvoir mais a la gerance des communes de Kabylie. Si ils quittent, des partis tels que le FLN et partis islamsites vont prendre leurs places. TU vas faire quoi apres cela ????? prendre le maquis ???? Ou devenir une serpiere pour ces arabo-islamistes ?
      Tu proposes quoi de faisable ?

    • non, ils ne sont pas au pouvoir, ils ne font que gérer les communes et apw. si ce n’est pas eux…forcément ça va être les autres, fln, rnd, hamez, naima salhi, djablah, hein? que va t-il se passer s’ils décident par exemple d’effacer tout ce qui est transcrit en tamazight !? nous allons faire quoi !?
      Nous devons être des STRATÈGES, c’est ce qui nous a toujours manqué. L’enseignement que nous avons abandonné a été récupéré par les islamobaathiste au détriment de nos enfants. Combien de Kabyles universitaires au chomage qui refusent d’enseigner ? …c’est une question de stratégie!

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici