Chemini : Le maire poursuivi en justice par le wali

7
Madjid OUDDAK, maire de Chemini
Madjid OUDDAK, maire de Chemini

CHEMINI (TAMURT) – Le feuilleton des poursuites judiciaires se poursuit dans la wilaya de Bgayet. Cette fois-ci c’est le président de l’Assemblée Populaire Communale de Chemini qui, à son tour, est attaqué en justice par le wali.

Jamais de mémoire de citoyen de la wilaya de Bgayet, il n’y a eu autant de militants et d’élus poursuivis en justice même du temps du parti unique. Ainsi, un autre nom vient s’ajouter à la longue liste des personnalités qui devront être présentées devant la justice pour des raisons politiques. Madjid Ouddak, maire de Chemini, est poursuivi en justice par le premier responsable de la wilaya. La raison de cette action en justice introduite par le wali de Bgayet à l’encontre de Madjid Ouddak a trait au fait qu’un agrément ait été octroyé à l’association culturelle « Itri n tleli » dont les fondateurs et animateurs seraient de tendance politique indépendantiste.

Les fondateurs de cette association ou du moins une partie parmi eux seraient des militants du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie. D’ailleurs, Tarik Chiboub, membre fondateur et président de cette association est également esté en justice pour le même motif, c’est-à-dire « appartenance au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie ». Le Comité de Défense des Libertés de Bgayet a réagi immédiatement à ces actions du wali en les dénonçant : « Le CDL-Bgayet considère que ces accusations sont sans fondement. Le maire a octroyé un agrément à cette association selon la loi. Le maire n’a pas à agir sur la base de préjugés politiques. Un président d’association a le droit d’avoir les idées politiques ou religieuses qu’il veut. La liberté de pensée est sacrée et nul n’a le droit de la bafouer ».

Le même communiqué ajoute qu’à travers son wali, le pouvoir veut contrôler même la pensée des gens : « C’est pire que de l’esclavage. Il ne respecte absolument rien du tout ». Enfin, le CDL de Bgayet déclare apporter son soutien au maire de Chemini et l’exhorte à rester toujours aux côtés du mouvement associatif et à respecter les opinions politiques ou religieuses de leurs membres.

Tarik Haddouche

7 COMMENTAIRES

    • Pas de guerre padce qu’elle justifie la force, l’unique moyen pour rester au pouvoir. Soyez vigilents. C’est politiquement que la Kabylie est plus forte faire la guerre renforce la dictature et brouille la lisibilité et la mosère sera double.

      • Pas de guerre parce qu’elle justifie la logique de la morceau caractérisé la dictature arabe d’ Alger, c’est d’ ailleurs le même régime qui pousse vers l’ embrasement pour qu’ensuite faire passer pour  » problème d’ ordre public  » ce qui relève du politique. C’est l’unique moyen pour le régime de rester au pouvoir. Soyez vigilents. C’est politiquement que la Kabylie est plus forte faire la guerre renforce la dictature et brouille la lisibilité et la misère sera double. Si nous l’avions battu c’est parce qu’on est pas tombés dans son piège, de nous faire basculer vers la violence, ce qui le  » légitimerait » par défaut. C’ est aussi dans l’ intérêt de certains pays d’ embraser ce pays. Vigilance.

  1. Pour les araboislamistes gouvernementaux la solution devient de plus en plus finale. Un bon Kabyle est un Kabyle mort pour eux . Plus la nourriture pétrolière se fait rare plus les chiens du système deviennent enragés et les wawali aboient à tout va ! Mais en Kabylie on ne choisit pas son peuple , c’est à lui de vous choisir !

  2. Les bachs-agha chantent sur tout les toits du monde l’indépendance de l’ouest du Sahara mais pas pour le pays kabyle ils essayent de camoufler ce droit avec leur auto-justice !

    • Le roi marocain aussi soutient l' »independance Kabyle et refuse le réferendum au Sahara occidental. Les deux régimes, marocain algérien, s’équivalent.

  3. Alors que l’Arabie saoudite, qu’ils invitaient islamiser la Kabylie les encercle, la caste d’Oujda continue d’imposer le devoir de soumission à l’arabisme islamisme comme déterminant de l’identité officielle. L’addiction à la « oumma » fait des faux arabes de bons esclaves.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici