Ait Ahmed est mort, le FFS aussi…

7
Hocine Ait Ahmed
Hocine Ait Ahmed

KABYIE (TAMURT) – Des militants et des cadres ainsi que des élus du FFS (Front des Forces Socialistes) se donnent rendez-vous aujourd’hui pour commémorer le 5ème anniversaire de la mort de Hocine Ait Ahmed qui a présidé le parti de sa création jusqu’à son décès.

Un anniversaire qui sera encore commémoré dans la tourmente dans laquelle se débat le FFS qui n’arrive toujours pas à sortir la tête de l’eau. La guerre larvée qui déchire les différents clans de ce parti est loin de tirer vers sa fin. Le FFS est, en outre, affaibli pour une multitude d’autres raisons à commencer par la désertion massive de ses militants dans les quatre coins de la Kabylie qui ne voient plus en quoi le FFS représenterait et porterait ses profondes aspirations politiques. Le fait que Hocine Ait Ahmed ait géré, pendant près d’un demi-siècle, d’une main de fer et en maitre absolu le FFS dont il n’a jamais quitté la présidence malgré son éloignement permanent du pays mais aussi après la dégradation de son état de santé à cause de son âge, a engendré un vide sidéral à la tête du parti après la mort d’Ait Ahmed.

Tous les responsables qui ont occupé de hautes responsabilités au FFS et qui avaient une stature digne d’un chef de parti, avaient été évincés d’une manière ou d’une autre car ils gênaient la feuille de route d’Ait Ahmed, qui a toujours voulu (et qui l’a été d’ailleurs) le seul à dicter la conduite et l’attitude à tenir. Une telle politique despotique a fait du FFS une propriété privée gérée en collaboration avec un cabinet noir auquel beaucoup reproche une complicité avérée avec Ait Ahmed dans cette déconfiture et cette déchéance que vit le FFS. Un parti qui avait pourtant presque tout pour devenir le grand parti démocrate en Kabylie. Mais… Ait Ahmed en a décidé autrement en n’ayant jamais concédé à appliquer la règle basique de la démocratie qui est l’alternance. Il est resté cramponné à la tête du FFS de 1963 à 2015 ! Un record mondial peut-être.

Les derniers temps, à cause de sa maladie, il est resté président d’honneur. Mais après sa mort, le poste de président a été supprimé et le FFS est dirigé par une présidence collégiale coordonnée par un Premier secrétaire qui n’est, en réalité, que l’ombre de lui-même comme on l’a si bien vérifié lors du dernier bras de fer ayant opposé deux Premiers secrétaires en poste simultanément dont l’un a pris en otage le siège national du parti. Rien moins que ça. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Qui aurait pensé que le FFS allait descendre si bas ?

Tarik Haddouche

7 COMMENTAIRES

  1. Un parti qui active dans un cadre agréé par le pouvoir doit naturellement se soumettre aux bienfaits de l’alternance sous peine de sclérose.

    Le ffs, sans son pendant rcd avec qui il se neutralisait, s’il avait l’unanimité de la Kabylie derrière lui aurait pu envoyer celle ci vers l’arabo islamisme, comme le déclarait ce grand leader au Maroc ou en Tunisie appelant explicitement à hater la construction du Maghreb arabe. Peu importe les intentions du rcd, le point de non retour a été évité.

  2. L’opposition est neutralisée…. par la ‘ conter-opposition’ (créée par la SM).
    .
    Il faut remonter à 1988 pour tout comprendre. Notamment, au lendemain du massacre d’octobre, la Junte militaire, conduite par son ‘ premier parrain et éminence grise ‘, le Général Belkheir (le second, c’était Nezzar) avait alors conçu une ‘ ouverture contrôlée ‘ et créé dans ses Bureaux et les Labos’ de la SM, des partis et des médias en guise d’officines ou succursales, chacun sa chanson ou son hymne, ses percussions et ses notes et fausses notes, ce qui relève de la ‘ forme ‘, mais ‘ dans le fond ‘, tous pour les Généraux décideurs, le puissant Clan (pro-français) Belkheir-Nezzar-Lamari-Touati-Mediène-Ait Abdeslam-et-leurs-complices, clan puissant car puissamment amarré à la puissante Police politique secrète…

    Suite aux tractations secrètes du 6 Oct 88 avec le Général Belkheir, Saadi et Ait Larbi avaient été autorisés pour ‘ occuper le terrain ‘ avec pour missions : 1) tenir la Kabylie pour qu’elle ne suive pas l’insurrcection d’Alger; 2) la ‘ mise à mort ‘ du MCB, 3) la casse du FFS, 4) le sabotage de la LADDH… Le RCD avait tenu ses Assises le 9-110 Févr. 89, avant me^me la promulgation de la Loi et la Charte qui allaient instaurer le multipartisme…. Ce qui avait déclenché beaucoup de bagarres un peu partout en Kabylie et à Alger, les militants avertis et les vrais opposants s’étaient opposés à la création de ce ‘ parti des Généraux ‘….Les Animateurs du MCB avaient dénoncé la création du MCB, le très célèbre grammairien et anthropologue M. Mammeri avait refusé d’assister aux Assises en questions, et il avit eu droit à une salve d’insultes et menaces de ‘ chefs ‘ du RCD…. et fut assassiné quelques jours après dans un ‘ accident ‘ (maquillé), avant sa rencontre prévue avec Ait Ahmed…. Le RCD a été par la suite fracturé, fractionné et ramifié en plusieurs mini-formations et groupuscule, c’est la technique de ‘ l’émiettement-morcellement-dispersion, dans le but de parvenir en parmanence à la ‘ division totale ‘, la division qui renforce le Régime militaro-mafieux.

    Ainsi est instiguée la ‘ Contre-opposition ‘ (l’entendre comme ‘ contre-feu’ ) dans le but d’empêcher la construction d’une véritable opposition capable d’affronter farouchement-frontalement-directement le Régime dictatorial militaire et mafieux / militaro-mafieux…

    Bref, l’opposition n’existe. Plus précisément il y a des opposant, à titre individuel, et très rares, mais il n’y a pas d’opposition structurée, organisée, une véritable opposition opposée au Pouvoir dictatorial militaire, qui le Problème principal, ‘Obstacle primordial, l’Origine du mal, le Mal originel, le Démiurge…

    • Aksil. Mais maintenant ya un opposant directe, frontal et dhath nif MAK et propre pour être nous même pas autre chose. Vive l’indépendance de ma Kabylie. Thadhoukli seul rempart contre ses voyous sans racines.

  3. Tous les partis et groupuscules sont morts. Tous soumis et instrumentalisés par la Police politique(le Pouvoir réel)…. Aucune organisation associative, médiatique ou politique n’échappe au contrôle de cette sinistre Police occulte, omniscient, omniprésente, hégémonique et dominatrice, dont le seul but de faire pardurer ce ‘ système dictatorial militaro-mafieux, criminel, assassin, nihiliste destructeur….

    Tous ces machins sont foutus, et il ne reste que leurs autoproclamer chefs, tous vrndus, tous collabos avec ladite Gestapo des Généraux, qui sont les vrais décideurs. …

    • je ne suis pas d’accord avec ton resonement car ait ahmed n’était dictateur comme tu le décris ici judt c’est qu’il étaiot le seul au sein du ffs a pouvoir combattre le FLN malheureusement il as combattu seul pendant toute sa vie

  4. Le leadership charismatique a fait son temps mais la culture obeit au temps long, du coup il faudrait le dire à tous ces vieux aspirants chefs qui avaient manifesté un jour en 80 et s’imaginent leader à vie, malgré tout.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici