Assassinat de Abane Ramdane : les leçons à tirer

13
Abane Ramdane
Abane Ramdane

TAMAZGHA (TAMURT) – L’assassinat de Abane Ramdane, perpétré au Maroc, le 27 décembre 1957 par ses frères de combat, a signé l’acte de naissance d’une politique où la violence voire le crime devint l’élément de base pour se débarrasser de ses adversaires politiques. Le crime a été maquillé et le journal officiel du FLN, El Moudjahid, a même écrit que Abane était tombé au champ d’honneur.

Le directeur de ce journal à l’époque n’était autre que Rédha Malek (1931-2017), membre de la délégation du FLN/ALN qui allait négocier à Evian. Quant au crime ayant mis fin à la vie et au parcours politique de Abane Ramdane, il a été pendant des décennies classé dossier secret avant que les premiers témoignages et les premiers écrits y mettent enfin la lumière pour parler des fameux trois B., qui ont été les instigateurs de cet assassinat. Malheureusement, l’un des trois B. n’est autre que Krim Belkacem. Les non-dits qui ont caractérisé la guerre d’Indépendance ne permettent pas d’aller en profondeur concernant tous les enjeux que recèle cet assassinat politique.

Prendre la décision d’assassiner Abane Ramdane, l’une des figures de proue de la Révolution, n’était pas une mince affaire. Si les trois B. avaient pris le risque, car c’en était vraiment un, de liquider Abane Ramdane, c’est qu’ils avaient bien leurs « raisons ». Nous étions en guerre. Une guerre féroce, faut-il le rappeler. La question de rivalité et de jalousie à elle seule suffit-elle pour passer à l’acte ? Les trois B., tout puissants qu’ils étaient ne pouvait-ils pas se débarrasser de Abane Ramdane sans être obligé de l’assassiner ? Cette question reste posée et à ce genre d’interrogations, aucune réponse n’a été apportée à ce jour. Il faudrait pourtant que toutes ces questions soient tirées au clair sans passion et avec lucidité. L’assassinat de Abane Ramdane est une tache noire. Il faudrait que les quelques survivants de la Révolution disent ce qu’ils savent sur ce crime. Sinon, il restera indéfiniment flou. Car si ce crime n’avait pas été géré avec légèreté et dans l’opacité, il n’y aurait sans doute pas eu plusieurs autres assassinats politiques après l’indépendance dont sera victime d’ailleurs même Krim Belkacem dont les amis et les alliés d’hier se sont retournés contre lui, une fois la guerre finie.

Au lendemain de l’indépendance, personne d’autre que Krim Belkacem ne pouvait prendre les rênes de l’Algérie. Mais, les loups tapis dans l’ombre, avait éjecté le « Lion des montagnes » pour s’emparer du pouvoir par la force. Aussi bien Abane Ramdane que Krim Belkacem finirent assassinés et l’indépendance a été confisquée. Ce qui est arrivé à ces deux héros devrait servir de leçon à tous les kabyles.

Idir Tirourda

13 COMMENTAIRES

  1. la vérité, toute la vérité même si elle blesse!
    hier, c’était abane et krim. aujourd’hui c’est said et ferhat!
    anda yella uqvayeli yessahan !
    ..juste entre parenthèses puisque je vient de le voir par pur hasard.
    ………….l’ancien joueur de la jsk, des années 70, djebar abdelah, figurez-vous qu’il répondait en français (..de bas niveau) aux questions posées en Kabyle!!!

  2. Ne jamais faire confiance aux arabes, aux kabyles arabises, aux kabyles et autres amazigh arabo-xorotises, et aux kabyles hamdoulilahistes. Quels sont les dernieres des mohicans..pardon …des kabyles qui se respectent et qui resient le dernier espoir ? j’espere que ils sont encore des milliers.

  3. « La tombe que tu me creuses sera pour toi » C’était le message qu’avait transmis Benai Ouali à Abane avant son lâche assassinat. Abane a cédé à son idée absolue de rallier tout le monde à l’idée du combat pour l’indépendance qu’à un moment donné il a dû « sacrifier » ses frères kabyle (Benai et ses compagnon défenseurs de l’identité amazighe) au profit des arabo-islamistes et autres fondamentalistes obscurantistes oulémas. Comme ces ardents défenseurs, il a fini par en payer le prix, tout comme Krim plus tard. Or les Kabyles, jusqu’à nos jours, n’apprennent rien de ce passé éloquent, leur force première est la division.
    Voilà l’exemple est donné, ici même, par celui qui se proclame Kabyle musulman. A quoi sert d’exhiber sa foi, qui devrait être personnelle, si ce n’est pour de l’ostentation bigote, pour du prosélytisme ou pour marquer sa différence ontologique, si tant il en a une.
    En outre, si le Clan d’Oujda qui était actionné par l’Egypte anti Kabyles de Nasser et Fethi Dib,n’avait pas eu l’accord de Krim et Ouamrane, particulièrement, jamais Boussouf et Bentobal n’auraient osé toucher à Abane. Soyons sérieux, comment auraient-ils osé tuer un dirigeant Kabyle de l’envergure de Abane avec le risque se mettre la Kabylie à dos incluant d’autres wilayas et provoquer une fracture irréversible ? Sachant qu’à cette époque la Wilaya 3 étant la plus structurée et disposant de l’effectif de l’ALN le plus important.
    Krim a cautionné cet acte ignoble, il en payé le prix lui-même à tant faire vouloir le vide autour de lui, pour incarner le rôle de zaim Kabyle, d’abord par l’élimination de Benai qui était son chef avant qu’il soit incarcéré et Abane dont il ne supportait pas la stature qui l’éclipsait sans conteste.

    • le fait de cautionner l assassinat de ton faire fais de toi un criminel point .je ne comprends pas pourquoi en tourne au tour sans apeler les choses par leur nom ,j ai honte d etre kabyle en voyant le parcours d anciens dirigeants kabyle et la liste est longue . maintenant le Mak et urk font naitre un nouvel espoir pour la kabylie , pour le reste ca sert a rien de trouver des excuses a ces dirigeants qui ont hypotheque notre avenir alors jetez tout ca a la poubelle. tanmirt .

      • Nous parlons de la division qui est matrice existentielle chez les Kabyles particulièrement, comme elle existe ailleurs également, exemple : Irlande, Catalogne, Palestine, Liban etc.
        Nos leaders Kabyles ont les mêmes défauts humains que n’importe qui et peut-être même plus aiguisés. Il n’y a qu’à lancer un coup d’œil sur l’Histoire et ce depuis la nuit des temps pour en saisir la profondeur.
        Ce que d’ailleurs nous « admirons » en direct aujourd’hui dans le crêpage de chignon offert gratos à tous par F Mehenni et S Sadi est pour le moins abominable, une abjection qui relève d’évènements qui ont eu lieu il y a vingt-six ans ! C’est quand même pitoyable d’en arriver là. Cela pour le bon plaisir et la réjouissance des arabo-islamistes anti-amazighité.
        Dans ces moments névralgiques où la survie de la Kabylie est en jeu, celle-ci n’a vraiment pas besoin de ce cirque malfaisant.

  4. abane et krim et le congres de la soummam dont la majorite est kabyle ont ordonnee l assasinat de leur freres dont benai ouali, amar ould hamouda, et mbarek ait menguelet , i ya meme la declaration officille signee krim, abane ouamrane, et toute la clique, donc de grace arretez ce theatre , tous vers la poubelle de l histoire .des erreurs graves ont ete comises par les kabyles depuis deja plus d un siecle . seul ferhat mhenni s est corrige et a reajuste le tir .

  5. Selon la série spéciale Guerre d’Algérie du magazine Historia, publiée dans les années 1970, ce sont les cinq B (Boussouf, Bentoubal, Boukharouba alias Boumediene, l’agent avec passeport marocain Bouteflika et Benbellah) qui l’ont tué.

    Le clan de Oujda était pour son assassinat, alors que Krim Belkacem n’était que pour sa mise en isolement politique au Maroc.

    Krim, bon croyant comme il était. n’aurait pas osé commettre un péché aussi grave que la peine capitale.

    • Krim en mettant l’algeristan avant la Kabylie a en quelques sortes donné un avis favorable, c’est comme une abstention quand on a la majorité.
      Il s’agissait d’une appartenance civilisationnelle qui a été signée. Le metre de mesure était l’islam et la oumma et pas les valeurs Kabyles. La meme dérive l’a emporté lui meme- krim-. Quand on cède sur les principes on est foutus

  6. Les dirigeants arabes de l’Algerie ne se mangent pas entre eux; ils se font juste tirer les aureilles ou bien envoyer a une retraite prematuree par leurs freres au pouvoir. Les seuls victimes de ces dirigeants Arabes sont pourt la plupart des Kabyles ou , a quelques exceptions prets, des Chaouis qui sont fiers de leurs origines.
    Donc en realite c’est une bataille ethnique : les faux arabes algeriens et des vrais arabes etrangers ramenes par l’armee des frontieres et qui sont devenus des Algeriens , tout ces gens la CONTRE les KABYLES! Bien sure les pays arabes ont beaucoup aides dans ce massacre mais aussi la France ! Nous les Kabyles, on est aide par personne ! Meme nos milliardaires et millionnaires font la sourde oreilles : regarder en France ou ils y en a quelque uns et la constat est terrible : pas un journal, Tele, centre culturel, … le vide communautaire absolu!

  7. Abane comme tous les kabyles ont eu le tort de croire que le volet culturel serait secondaire au poli. En inversant la hiérarchie des valeurs ils ont crû pouvoir par induction imposer en aval le sens du juste l’ harmonieuse cohabitation entre sens de limite kabyles pour des  » compagnons  » qui n’ ont de souche que l’ arabislamisme. Morale, les valeurs ne sont pas interchangeables ni par induction ni par amitié. Pour avoir manqué de rigueur, ait Ahmed finira par rejoindre le  » parlement  » du régime, krim laissera sa vie Abane aussi.
    L’ identité et culture sont le périmètre valoriel sur lequel naissent les États au-delà des quels finit la portée éthique et morale. Il est grand temps de renouer avec ce sens réel de la polis.

    • En effet on continue de cacher les raisons de cet ignoble crime comme s’il s’agissait d’une honte Kabyle. Or il s’agissait d’une difference dans la vision sociétale qui ne prouve que le fait d’unir deux peuples don les valeurs diffèrent cela porte fatalement vers la collision ou bien comme les KDS nous le proposent aujourd’hui, c’est à dire s’autocensurer dans sa propre nature pour que puisse exister l’Algérie de benbadis le kouliglis.

  8. Abbane a été assassiné par le MALG, la Police politique naissante…

    C’était le criminel Boussouf qui était à l’origine de la décision d’assassiner Abbane, en prenant le soin d’associer beaucoup de dirigeants, autour de lui d’abord, à commencer par Bentobbal, Boumediène, M. Chérif, etc. Certains étaient plutôt favorables à ‘ l’écartement ‘ de Abbane, très gênant pour les ‘ Militaires ‘ – parmi eux seul le Colonel Sadek (S. Déhilès) soutenait Abbane, et parmi les ‘ politiques ‘, seul Ait Ahmed, le fondateur de la ‘ diplomatie combattante (à New York, Washington… -. Le criminel et manipulateur Boussouf avait fait circuler un texte en guise de pétition contre Abbane pour convaincre les Officiers supérieurs de sa volonté d’exclure le ‘ Chef du FLN ‘ (historique), qui accusait les Militaires de vouloir instaurer un ‘ système dictatorial ‘ dès l’indépendance, et les détestait, n’hésitant pas à les humilier (Amirouche, Krim, Mira…), d’où leur réaction hostile, et leur adhésion au projet de l’exclure des Organes dirigeants….

    LA ‘ QUESTION POLITIQUE ‘, LA QUESTION DU POUVOIR DONC, PRINCIPALE ET FONDAMENTALE, GÉNÉRALE ET GLOBALE.

    Nous avons affaire à un Régime dictatorial militaire et mafieux, militaro-mafieux, qui repose sur un ‘ trépied ‘ :
    -1) La Police politique secrète, la SM-DRS (ex MALG), d’abord, qui est le Pouvoir réel…
    -2) Le Commandement militaire ( Police politique & État-major, en conflit permanent)…
    -3) Les Clan rivaux , ‘ désunis ‘ entre eux , (mais) ‘ unis ‘ contre la population civile. Le Clan le plus puissant est le Clan le plus puissamment amarré à la puissante Police occulte….

    LA POLICE POLITIQUE EST LE POUVOIR RÉEL :

    Cette Police politique occulte est une « organisation criminelle et mafieuse » , formée sur le « modèle gestapiste », en référence à la Gestapo hitlérienne, la violence extrême étant sa matrice principale, son marqueur distinctif, son identité spécifique : la SM-DRS n’est pas la SM-DRS si elle ne sème pas la terreur ! Cette Police politique secrète a pour mission la surveillance généralisée et la répression permanente de la population civile et de l’Institution militaire (l’Armée, ANP)……au profit de la « caste militaro-mafieuse » dirigeante, qui embrigade et massacre la population, accaparé et pille les richesses du pays, hypothèque l’avenir ….

    La SM-DRS est responsable et coupable de plusieurs assassinats politiques, sur le sol national et à l’etranger, éliminant des opposants déterminés et irréductibles : B. KRIM en 1970 en Allemagne, Med KHIDER en Espagne en 1967, KAÏD Ahmed en 1974 au Maroc, Ali-André MÉCILI à Paris en 1987, et juste après, elle avait liquidé à Paris un militant benbelliste qui enquêtait sur l’Affaire Mécili, avec la complicité de la DST (actuelle DCRI) évidemment. Pareillement pour l’Imam SAHRAOUI, et 2004, et un Lieutnant de l’ANP en exil à Paris, tué par balles à  » un feu rouge « , à bord de sa voiture …
    .
    La SM-DRS, est le Pouvoir réel, l’Enclave autoritaire principale, le Sommet de la Pyramide du Pouvoir militaro-mafieux, la Main de fer des Généraux criminels et mafieux = les vrais décideurs, le Cœur et le Cerveau de ce Pouvoir dictatorial spoliateur et assassin, son Centre névralgique, son Laboratoire « d’idées nihilistes, destructrices » , le Lieu où s’effectue « la réflexion comploteuse et intrigueuse », son Épine dorsale, sa Colonne vertébrale, sa Main de fer, son Syndicat du crime, son Bras politique, sa Branche politique cachée, sa Digue principale, son Mur de soutènement, le Valet d’atout des Généraux, leur Carte maitresse, leur Avantage sur la population, leur Arme/Armée secrète/cachée, leur Machine de terreur , le Concepteur des stratégies de domination, l’Opérateur principal de la répression….
    .
    POUR LA DISSOLUTION IMMÉDIATE de la SM-DRS :
    .
    Pour la dissolution immédiate, inconditionnelle, effective et définitive de la Police politique secrète, et toutes ses ramifications et tentacules, tous ses prolongements, tous ses bras armés et politiques, ses partis-officines, ses associations-relais, ses médias-propagandistes, ses institutions-alibis, ses assemblées-croupions. Il faut procéder par la dénonciation publique et la « neutralisation politique » de ses faux-opposants, ses pseudos-démocrates, ses extrémistes divers, ses sites et blogues infestes; et exiger la dissolution de ses milices armées, ses escadrons de la mort, ses troupes d’assaut, ses groupes dits (pudiquement) d’auto-défense, ses organisations terroristes ( salafistes, djihadistes ) crées dans ses Labos’ pour semer la terreur servant à inoculer la peur, ses Groupuscules séparatistes extrémistes (d’Extrême droite), missionnés pour diviser-fractionner-séparer-isoler afin d’aboutir à la  » neutralisation politique  » de telle ou telle région (…), de tel mouvement, ou telle mouvance…

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici