Tizi Ouzou: il y a 26 ans, les 4 Pères blancs…

1
Les Pères Charles Deckers, Jeans Chevillard, Christian Chessel et Alain Dulangard, assassinés, le 27.12.1994
Les Pères Charles Deckers, Jeans Chevillard, Christian Chessel et Alain Dulangard, assassinés, le 27.12.1994

KABYLIE (TAMURT) – Il y a 26 ans, le 27 décembre 1994, un drame s’est produit dans la ville de Tizi Ouzou. Quatre Pères blancs y ont été assassinés par un groupe terroriste armé. A ce jour, la plaie de cet événement tragique ne s’est pas encore cicatrisée.

C’était le début d’une très longue liste de victimes du terrorisme abject et aveugle qui allaient viser des personnalités de la région, des hommes de cultures et des journalistes, etc. C’était une journée noire. La nouvelle est tombée tel un couperet. Il s’agit des Pères Charles Deckers, Jeans Chevillard, Christian Chessel et Alain Dulangard. De nombreux citoyens de Tizi Ouzou gardent, à ce jour, les séquelles indélébiles de cet attentat car ils ont connu et côtoyé de très près les quatre victimes.

Charles Deckers était une personne extrêmement estimée dans toute la région. Il était pratiquement devenu un enfant de la localité. Le nombre de personnes et de familles qu’il avait aidées durant toute sa vie est infini. Le jour de l’enterrement des quatre Pères blancs, il y avait des milliers de personnes au cimetière chrétien de la ville de Tizi Ouzou, venues toutes rendre un dernier hommage aux victimes de la barbarie. Les quatre Pères blancs auraient pu prendre la fuite comme l’avaient fait pas mal d’Algériens dès le début de la guerre civile en Algérie mais ils ont préféré rester sur cette terre qu’ils considéraient comme étant leur terre adoptive d’après les témoignages de plusieurs personnes les ayant connues.

Ils étaient au courant du grand risque qu’ils prenaient en restant. Ils étaient parfaitement édifiés et savaient qu’ils pouvaient être assassinés à tout moment et qu’ils constituaient, en plus, des cibles privilégiées. Ils sont restés malgré tout, au prix de leur vie.
Saint Augustin, un des nôtres, un fils de Tamazgha dit: « tout homme en tant qu’homme a le droit d’être aimé ».

Idir Tirourda

1 COMMENTAIRE

  1. Reposent en paix nos frères Blancs venus nous remémorer notre profonde humanité ancrée dans l’histoire et l’esprit chrétien qui unissait les deux rives.
    Souvent le malest autant contagieux que le bien semé ailleurs. Paradoxalement c’est De Gaulle qui installera ce régime islamiste qui a élevé les frères musulmans à idéologues officiels. Il n y a pas longtemps on nous imposait El Qardaoui comme maitre à penser et on invitait les saoudiens venir conquérir la Kabylie au nom de la « oumma ». Les memes saoudiens et émirats qui encerclent l’Algérie en 2020.
    Un vrai dieu n’a pas peur de parler les langues de tous les peuples. Quand le message est convainquant vous pouvez etre attiré par sa profondeur. Merci aux Pères Blancs de cette veilleuse révelatrice dans l’obscurité moyenageuse.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici