Slimane Azem : Sa maison d’Agouni Gueghrane sera rénovée

0
Slimane Azem
Slimane Azem

KABYLIE (TAMURT) – Après l’anniversaire de la naissance du rebelle Matoub Lounès, qui a eu lieu le 24 janvier dernier, la Kabylie a commémoré, en ce jeudi 28 décembre 2021, le 38ème anniversaire du décès de la légende immortelle de la chanson kabyle Slimne Azem.

Cette année, cet anniversaire du décès de l’un des plus grands artistes et poètes kabyles de tous les temps a été marqué par le lancement des travaux de rénovation de la maison familiale de Slimane Azem, située dans son village natal Agouni Gueghrane, dans les Ouadhias. Cette louable initiative a été prise par les membres de l’association culturelle kabyle « Tarwa n Dda Slimane » d’Agouni Gueghrane en l’absence de toute initiative de la part des services culturels locaux à l’image de la direction de la Culture, entre autres. Tout comme Matoub Lounès, ce sont les citoyens et le mouvement associatif qui prennent en charge toutes les activités inhérentes aux commémorations des anniversaires de la naissance et du décès de Slimane Azem. Quant à l’Etat, il continue de censurer et de mépriser Slimane Azem, tout comme il l’a toujours fait car Slimane Azem a été de tout temps un artiste et un poète libre qui n’a jamais applaudi le pouvoir algérien. Slimane Azem a, pour rappel, répondu présent à l’appel de l’Académie berbère, présidée par Bessaoud Mohand Arab, quand cette dernière l’avait sollicité pour animer un gala en faveur de l’amazighité et du combat identitaire.

Slimane Azem avait fait cela au moment où certains chanteurs kabyles se remplissaient les poches en se produisant dans le cadre de l’Amicale des Algériens en France, organisation satellitaire du pouvoir dictatorial algérien. Slimane Azem a certes payé très fort sa liberté mais en retour, il a gagné, pour l’éternité, le cœur de tous les kabyles qui lui vouent un véritable culte. Il faut rappeler enfin, qu’en dépit du fait que Slimane Azem est l’un des plus grands artistes et poètes kabyles, aucun édifice ou infrastructure ne porte son nom en Algérie. Seule une Place lui a été dédiée courageusement par les indépendantistes kabyles, à l’entrée-est de la ville de Tizi Ouzou, il y a quelques années.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici