Grave dérapage du FFS

1
Le président Tebboune recoit le FFS
Le président Tebboune recoit le FFS

TAMAZGHA (TAMURT) – Ce qui était dans l’air, depuis quelque temps, vient de se confirmer au grand jour. Le Front des Forces Socialistes (FFS) a-t-il rejoint le clan de l’actuel président Abdelmadjid Tebboune ? Le FFS vient de le confirmer de manière spectaculaire.

En effet, une délégation de la direction nationale du FFS a été reçue, hier, au siège de la présidence de la République par Abdelmadjid Tebboune. Une vague de dénonciation et d’indignation unanime a été enregistrée après cette rencontre scandaleuse où le FFS a été représenté par son Premier secrétaire, Youcef Aouchiche ainsi que Hakim Bellacel, membre de l’Instance présidentielle. Il est évident que cette rencontre est un signe ostensible du ralliement du FFS au clan présidentiel qui a pris le relai et les rênes du pays après que le clan de Bouteflika ait été déchu. Cette rencontre n’est qu’un prélude de ce que sera la suite des événements. Le FFS prendra évidemment part aux prochaines élections législatives anticipées puisque le président a annoncé, lors de la même rencontre, que l’actuelle Assemblée Populaire Nationale (APN) sera dissoute avant le 18 février prochain.

La direction du FFS vient de commettre un grave dérapage sans même consulter sa base. En allant à la rencontre de Tebboune, la direction du FFS vient de reconnaitre de manière directe la « légitimité » de ce dernier. Le FFS cautionne, en outre, les choix et les décisions de Tebboune. Le contenu du communiqué lu par Youcef Aouchiche, à l’issue de cette rencontre, sur la chaine de télévision algérienne, ENTV, démontre la docilité avec laquelle le FFS s’est présenté chez Tebboune. Pis encore, Youcef Aouchiche s’est même fait le porte-parole de Tebboune en révélant que lors de la rencontre en question, ce dernier s’était engagé à libérer tous les détenus d’opinion, à ouvrir les champs politique et médiatique ainsi que la levée des entraves à l’exercice des libertés fondamentales, individuelles et collectives, à protéger les droits de l’Homme et le bannissement de toutes les restrictions et harcèlements contre les militants politiques, associatifs et syndicaux. « Nous lui avons exprimé notre conviction que seule un dialogue politique sincère, responsable et transparent, visant la construction d’un consensus national, permettra le renforcement et la consolidation du front intérieur pour mettre en échec toute tentative extérieure ou intérieure de porter atteinte à la souveraineté du pays et à l’unité du peuple algérien et pour affronter, en limitant le coût social, les graves difficultés économiques et financières qui s’annoncent », a affirmé le Premier secrétaire du FFS.

Maintenant que le FFS a capitulé, il reste à savoir quelle sera la démarche du RCD, pour savoir si la tenue des élections législatives en Kabylie pourrait avoir lieu ou pas.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. je vais tenter comme même de commenter même si vous allez me censurer !
    ..même en temps de guerre, on rencontre son ennemi donc je ne vois pas ou il a dérapé ? comme disait « Kateb Yacine, j’écris en français pour dire aux français que je ne suis pas français »

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici