Kabylie : Le régime colonial réprime, les indépendantistes résistent

5
Liberez les detenus d'opinions!
Liberez les detenus d'opinions!

KABYLIE (TAMURT) – Ce mois de février 2021 a été particulièrement marquée par une forte et courageuse mobilisation des indépendantistes kabyles face à la répression émanant d’un régime algérien aux abois. Celui-ci, pris de panique devant les indépendantiste kabyles en pleine ascension, multiplie ses vaines tentatives d’étouffer ses militants : intimidation, harcèlement judiciaire, arrestations arbitraires, agressions, convocation par la gendarmerie coloniale, etc.

La répression exercée sur les militants de l’autodétermination de la Kabylie ne fait que renforcer leur détermination à concrétiser l’unique objectif tracé, à savoir l’édification d’un Etat Kabyle indépendant et souverain. Il est formidable de constater l’adhésion croissante que suscite les mouvements indépendantistes du MAK et de l’URK parmi les habitants de la Kabylie, principalement des jeunes étudiants et lycéens des deux sexes, qui affichent publiquement et fièrement leur appartenance aux mouvements. Jeudi 25 février, des militants indépendantistes ont répondu favorablement à l’appel lancé par la coordination Régionale Est du MAK à un rassemblement devant le tribunal de Bgayet « en guise de soutien aux militants et militantes indépendantistes Kabyles, persécuté(e)s par la machine répressive judiciaire du pouvoir colonial algérien en terre de Kabylie », a-t-on lu dans le communiqué rendu public par cette structure. Celle-ci avait appelé « l’ensemble des Kabyles, épris de justice et de liberté de venir en masse, afin d’apporter leur soutien à leurs frères et sœurs victimes du diktat d’Alger. » Pour rappel, neuf militants sont convoqués par l’appareil judiciaire algérien pour avoir participé, le 10 décembre 2016, à une marche de soutien au Dr Djamel Eddine Fekhar, arbitrairement incarcéré alors dans les geôles algériennes. Ils sont injustement accusés « d’incitation à un attroupement non-armé » dont trois d’entre eux également poursuivis pour « atteinte à l’unité nationale ». De l’autre coté de la Kabylie, plus de 5 militants de l’URK ont été arrêtés, hier, pour les empêcher de se rendre à Makouda.

Ces accusations abusives visent à décourager les militants indépendantistes à travers des procès iniques et montés de toutes pièces. Toutefois, et surtout, c’est l’effet contraire qui se produit. En effet, cette persécution a permis aux indépendantistes de se forger davantage et de rester unis. Le procès de ces neufs militants a été reporté à cause d’une grève des avocats. A noter que sept indépendantistes ayant pris part au rassemblement de ce jeudi 25 février devant le tribunal de Bgayet ont été arrêtés, conduits au commissariat central, puis relâchés vers 11h. Ces derniers, de retour à la cité universitaire Targa Ouzemour, où ils résident en qualité d’étudiants, ont été victimes d’une lâche agression perpétrée par une bande de voyous munis d’armes blanches. Devant la courageuse résistance des militants kabyles, ces criminels, certainement missionnés par le régime colonial, ont pris honteusement la fuite. A la veille de ce rassemblement, la coordination universitaire du MAK-Bgayet avait organisé, mardi 23 février, un sit-in devant le campus universitaire Targa Ouzemour pour dire « Halte à la répression coloniale algérienne contre les militants politiques kabyles ». Des dizaines d’étudiants, ayant participé à ce rassemblement, scandaient à gorge déployée la fameuse et légendaire phrase de Matoub Lounes « Dwass anchereg Tamurt ».

Par ailleurs, plusieurs autres actions ont été menées par les militants indépendantistes durant la première quinzaine du mois en cours. Un rassemblement de soutien aux cinq militants et militantes indépendantistes Kabyles, appelés à comparaitre le 15 février devant le tribunal d’Akbou, a été organisé le même jour devant cette structure judiciaire. Deux jours avant ce rendez-vous, ce sont les indépendantistes d’At Maouche, qui se sont mobilisés en organisant au niveau de leur région un sit-in de soutien aux militants victimes d’harcèlement judiciaire. Tous ces rassemblements publics témoignent la détermination des indépendantistes à continuer leur combat pacifique, malgré les actes de répression, pour l’instauration d’un Etat Kabyle souverain et indépendant.

Arezki Massi

5 COMMENTAIRES

  1. C’est bien ce que vous faites, cela donnera de l’espoir aux indépendant sites Normands, Savoyards, Bretons, Corses, Catalans, Basques, continuez comme ça , vous êtes le « Phare » des opprimés…

    • Tounan Pourquoi pas ? mais sache pour ta gouverne que les Normands sont des envahisseurs. Et toi sans doute seras tu un phare pour les palestiniens , des ouigours , des rohingyas et autres causes étrangères à notre peuple , les damnés de la Terre. J’oubliais les bébés phoques de green pisse .Ils t’attendent tous pour combattre à leurs côtés . A bon entendeur !

  2. La vraie opposition se trouve parmi les Kabyles de Kabylie et pas dans le Hirak qui n’est que l’autre face de médaille. Le régime occupe le terrain par des clones, ainsi les islamoarabistes et les arabislamistes sont vendus pour dialectique politique. Or, la vraie crise est d’ordre culturelle, ce que cache le régime est le fait que les meneurs de l’arabisation/islamisation, tous clans confondus ont été fagocités par l’inconsistance intrinsèque. bouteflika a servi les clans pour s’enrichire. On multipliait ses mandats quand il était muet par manque d’alternative. Le système reposait sur l’occupation militaire du pouvoir et donc allérgique à toute alternance au pouvoir. Une alternance ne se dicte pas elle est tributaire dì’une vision du monde et d’une pratique des limites. Or la culture arabe et islamique est verticale et a besoin d’un pouvoir militaire qui repose sur une masse inerte, la oumma. Donc malgré les differences

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici