Algérie : « khawa-khawa », c’est fini !

4
Vendredi 12 mars 2021 des journalistes agressés
Vendredi 12 mars 2021 des journalistes agressés

KABYLIE (TAMURT) – Plusieurs journalistes ont été sauvagement agressés hier à Alger lors de la fameuse marche du vendredi appelée communément le hirak. En outre, de nombreux manifestants ont été réprimés dans de nombreuses villes algériennes. L’ère du « khawa-khawa » est-elle finie ? Tout porte à le croire.

Comme il fallait donc s’y attendre, le pacifisme de façade ayant caractérisé le hirak algérien, a pris fin ces derniers jours avec l’enregistrement de nombreuses agressions visant des manifestants et dont les auteurs ne sont autres que des manifestants également. Cette fois-ci, c’est un groupe de journalistes exerçant dans plusieurs titres qui a été pris à partie de manière violente par des manifestants dans la capitale Alger. Aucune explication n’a été rendue publique concernant les auteurs de cette agression verbale et physique ni concernant ses motivations.

Pour l’instant, on ne sait rien sur les contours de cette affaire qui intervient après l’agression ayant visé des manifestants kabyles et laïques survenue dans la ville de Bgayet au cœur de la Kabylie, il y a un peu plus d’une semaine. Il faut préciser en outre, que des interventions musclées ont aussi eu lieu et de nombreux manifestants ont été tout simplement réprimés dans plusieurs villes du pays hier aussi. Des images audiovisuelles largement partagées sur les réseaux sociaux montrent de nombreux manifestants blessés et d’autres choqués. Tout cela s’ajoute au fait que les manifestants ne sont plus sur la même longueur d’onde car des divergences de fond ont fait leur apparition depuis quelque temps au sujet des slogans à scander.

Les islamistes semblent avoir pris le dessus même dans des régions où les démocrates sont censés être incontestablement des maitres à bord. Les prochaines semaines nous édifieront, sans doute, davantage sur le sort qui attend ce hirak, sorti d’on ne sait où ! Surtout en ce qui concerne la Kabylie.

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

  1. Il n’y a eu que l’effet autohypnose de certain. Souvent ceux qui comptaient sur l’autocensure de notre vision pour que l’en endosse le masque et la visière arabe et islamique pour que le songe de la « oumma » se ravive. En effet comme sous Sadam ou Kadafi, qui mélangent islam étatique et teinte de « laicité  » de circonstance.
    Dans les manifestations algéroises on y pouvait constater la difference abissale dans les slogans, qui reflètent la démocratie » teinte de rouge -staliniste à l’exterieur mais son intérieur est vert, rien d’écologique mais islamique.
    Encore une fois la Kabylie a déjoué la mascarade en se refusant à cette démocratie de facade qui a besoin de vendredi pour réchauffer les foules islamiques. Ce n’est pas le propre des islamistes de la rue mais aussi celui des islamistes du régime, les deux ont un seul et unique projet: l’Etat islamique totalitaire. Les Kabyles qui croient en une possible démocratie islamique doivent avoir le courage de se dire toute la verité, à savoir qu’au plus ils auront la traduction en Thamazight des thèses et valeurs arabes et islamiques.

  2. Les kabyles se sont laissés prendre au piège dans cette prétendue convergence des luttes contre le pouvoir illégitime et corrompu, qui ne servira en définitive qu’à faciliter et permettre l’ascension au pouvoir des islamistes du rachad. Le mouvement Hirak est infiltré et noyauté par les arabo-islamistes du rachad, qui ne pourront tenir qu’une seule promesse, celle d’instaurer un état islamiste.

  3. Les Kabyles n’ont rien a faire dans cette galère, et si certains s’y aventurent alors tant pis pour eux « c’est qu’ils n’ont rien retenu de leur histoire »…

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici