Rachid Alliche, l’écrivain oublié

1
Rachid Alliche
Rachid Alliche

KABYLIE (TAMURT) – Le 13ème anniversaire de la mort de l’écrivain et romancier kabylophone Rachid Alliche est pratiquement passé inaperçu. Pourtant, Rachid Alliche est l’un des tout premiers auteurs de romans en langue kabyle.

Mais malgré cette particularité, il s’agit de l’un des écrivains qu’on évoque le moins et dont on ne parle que très rarement. L’écrivain Rachid Alliche, né en 1953 au village Taguemonut Azouz dans les Ath Douala, en plus d’avoir été l’auteur des tout premiers romans en langue kabyle, avait également animé et produit plusieurs émissions à la radio kabyle d’Alger. Rachid Alliche a été l’une des plus grandes figures de la radio chaine II à l’époque où cette dernière était presque l’une des rares tribunes de la culture et de la langue kabyle. Il a été aussi le premier à avoir lancé des émissions de cours de langue amazighe-kabyle sur les ondes de la même radio.

Des émissions ayant marqué plusieurs générations d’auditeurs. Rachid Alliche finit par choisir l’écriture romanesque afin de s’exprimer. Il publia, en 1981, le premier roman kabyle (en dehors de « Lwali N Wedrar » de Belaid Ath Ali), intitulé « Asfel ». Ce roman a été édité en pleine époque de clandestinité quand l’Algérie était sous la férule du parti unique et de la dictature du FLN. Cinq années après ce premier roman, Rachid Alliche édita un deuxième roman, également en langue kabyle, intitulé Fafa. Ce dernier sortit en 1986. Aujourd’hui, il est amer de constater que Rachid Alliche est un écrivain oublié pour des raisons inconnues.

De même que ses deux romans n’ont jamais été réédités. Les lecteurs d’aujourd’hui n’ont donc pas accès à son œuvre romanesque kabyle. C’est regrettable, vraiment regrettable. Rachid Alliche est décédé le 18 mars 2008.

Idir Tirourda

1 COMMENTAIRE

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici