Bgayet : Sit-in nocturne des travailleurs de Numilog devant le palais de la justice

0
Sit-in des travailleurs de Numilog
Sit-in des travailleurs de Numilog

BGAYET (TAMURT) – Des dizaines de travailleurs de l’entreprise Numilog, filiale de transport et logistique du groupe Cévital, ont organisé, ce mardi soir, 30 mars, un sit-in nocturne devant le palais de la justice de Bgayet, où ils comptent passer la nuit, afin de réclamer essentiellement l’application des décisions judiciaires dans le procès qui les opposent à leur employeur.

Le bras de fer entre les ouvriers de Numilog et leur employeur dure depuis neuf mois. A l’origine de ce conflit, la tentative d’une partie des travailleurs de l’entreprise d’installer une section syndicale pour défendre leurs droits socioprofessionnels. Une démarche qui n’a pas été du goût de la direction de l’entreprise, qui a procédé tout simplement au licenciement de ces salariés, 196 au total, après avoir entamé un mouvement de grève illimitée. Ces ouvriers ont alors déposé une plainte au niveau du tribunal de Bgayet pour licenciement abusif.

Bien que la justice ait statué en leur faveur, en reconnaissant la légitimité de leur grève et en ordonnant la réintégration des travailleurs licenciés abusivement, ainsi que le respect de leur droit syndical, l’employeur refuse de se soumettre au verdict, selon un représentant de ces protestataires. « La justice s’est prononcée en faveur de la réintégration des ouvriers licenciés, mais les responsables de l’entreprise refuse d’appliquer la loi. Nous avons eu gain de cause dans treize jugements prononcés par la justice, mais aucun d’eux n’a été appliqué à ce jour », a-t-il déploré.

Sur les banderoles brandies par ces manifestants, on peut lire : « Neuf mois sans salaires », «Oui pour la création d’un syndicat des travailleurs», « Qui exécutera les décisions de la justice », « A quoi bon un jugement s’il n’est pas appliqué ? », ou encore « La loi est piétinée par Rebrab ». Ces travailleurs se disent déterminés à poursuivre leur combat jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

Arezki Massi

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici