Bgayet : Report au 15 avril du procès des neuf indépendantistes kabyles

0
Injustice en Algérie
Injustice en Algérie

BGAYET (TAMURT) – Prévu ce jeudi 01 avril, le procès des neuf militants indépendantistes kabyles a été reporté pour la deuxième fois consécutive au 15 avril prochain. La raison de ces deux reports de ce procès, dont la première date de son déroulement était fixée le 18 mars dernier, est liée à la volonté de la juge siégeant à la cour de Bgayet de juger « à huis clos » les indépendantistes kabyles.

En effet, la juge avait ordonné « d’évacuer la salle d’audience et le hall y attenant » avant le début du procès. Un policier, chargé d’exécuter l’ordre, s’est adressé ainsi à l’assistance : « Seules les personnes ayant une convocation peuvent y rester », c’est à dire uniquement les accusés. Le maître Hamaïli Boubekeur a commenté ainsi cette sordide décision : « C’est un huis clos qui ne dit pas son nom. Comment le juge va-t-il rendre la justice au nom du peuple tout en excluant celui-ci ?» Pour rappel, lorsque les membres des familles et les amis des indépendantistes kabyles, venus pour les soutenir, ont été évacués de la salle d’audience le 18 mars dernier, ils avaient protesté pacifiquement contre cette décision inique.

Certains d’entre eux ont été alors arrêtés et conduits au commissariat central de Bgayet. L’intervention d’un groupe d’avocats, qui se sont rendus au commissariat, a permis la libération des personnes arrêtées. A noter que c’est cette même juge qui a refusé, le même jour, au maître Benyoub de faire son plaidoyer en langue kabyle lors du procès de 32 autres militants et activistes politiques. Elle avait même quitté la salle d’audience devant l’insistance de l’avocat a plaidé en kabyle, une langue pourtant reconnue comme officielle par l’administration qu’elle représente. Mais, les kabyles savent que cette reconnaissance n’est que de la poudre aux yeux.

En guise de rappel, ces neuf indépendantistes kabyles sont poursuivis en justice pour avoir pris part à une manifestation pacifique de soutien, entre autres, aux 70 détenus politiques du peuple Mozabite, en décembre 2016.

Arezki Massi

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici