Les non-dits d’un mouvement inédit

1
Hirak
Hirak

BGAYET (TAMURT) – En Kabylie, ils étaient, au départ, nombreux à croire qu’une nouvelle Algérie, unie dans la diversité, allait voir le jour dans le sillage du mouvement populaire de février 2019. Mais au fil des mardis et des vendredis, le doute s’installe, du moins à Vgayet (Bejaia).

Depuis la reprise des marches, après une trêve qui aura duré presque une année en raison de la pandémie de la Covid-19, les rangs des sceptiques grossissent. Dans la rue, il ne reste que des individus, dont quelques uns sont connus pour leur accointance avec le pouvoir en place ou bien la mouvance islamiste. Ces derniers se disputent les quelques arpents de bitume sur la rue de la Liberté, rebaptisée l’été dernier rue Hocine Aït Ahmed, chaque vendredi et mardi. Pour preuve, ce mardi 6 avril ils n’étaient pas nombreux à prendre part à la marche de la communauté universitaire organisée dans les rues de la ville de Vgayet. Et la plupart des manifestants ne sont autres que d’anciens transfuges des partis du pouvoir ou des partisans du mouvement islamiste Rachad.

Dans les rangs des manifestants, il y avait peu d’étudiants. Et la désaffection des habitants de la région trouve sa raison dans la trajectoire prise par le mouvement. Un mouvement qui tangue au gré des humeurs d’un pouvoir aux abois et les désidératas d’un mouvement intégriste Rachad qui chercherait à faire main basse sur la rebelle Kabylie. De par son histoire et sa sociologie, la Kabylie a su et saura déjouer toutes les manœuvres visant à briser ses aspirations reprendre un jour son destin en main.

Dalil Imaxlufen

1 COMMENTAIRE

  1. Les Kabyles n’auraient pas du y faire part dès le nom du mouvement, « hirak », un symbolisme arabo-centrique ne pouvait avoir des valeurs endogènes. L’Algérie arabe est ce qui unit les laics arabes et les islamistes arabes avec l’Etat arabe. Il en ressort un pays qui se cherche dans le noir et dans la boue stabilisée grâce à cette visière qui vous évite les questionnements, vécus comme diaboliques dans le terroir cultuel islamique où le doute est interdit.
    Du coup benbadis est toujouts là aussi celui qui fut l’Emir de napoléon 3 outre le criminel d’Etat boumediene, tous forment « l’Etat moderne » arabe. Pour mieux faire avaler cet escargot vif on y rajoute les statues de Massinissa Jugurtha, comme si les antinomiques devaient se nier, comme cette langue Amazigh sous la langue arabe, logique coranique oblige, s’autocensurer est la règle morale qui se fait norme politique.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici